Big up à Frigide Barjot et Xavier Bongibault !

23 mars 2013 à 21:11 | Publié dans Arc en ciel, Penthésilée | 3 commentaires
Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , ,
Un grand big up à vous deux vous avez fait un boulot formidable !
Non, sérieusement, couper l’herbe sous le pied à Boutin and Co en prenant la tête des cathos français, c’était franchement un idée de génies.
Xavier Bongibault
@ Xavier
Bravo pour le jeu d’acteur, il n’y a pas à dire, du grand spectacle! Arriver à ce point à jouer le mec un peu paumé de la vie qui ne croit qu’à moitié aux imbécilités qu’il débite à longueur de temps, chapeau, ça mérite presque un Molière!
Ca se voit quand même que tu t’es basé de Philippe Ariño pour le personnage, mais tu l’as enterré magnifiquement, les média l’ont trouvé terne à côté toi et Zouh! A la trappe le Philippe!, il n’y a plus que toi en scène pour jouer le gay complexé.
Du grand art tant dans la comédie que dans la stratégie!

Avec toi, j’ai redécouvert sous un autre angle tous les arguments débiles des homophobes primaires.
Sortis par toi, un gay, le piteux « Il n’y a pas discriminations parce que les homos peuvent se marier avec quelqu’un de l’autre sexe. » n’a jamais sonné aussi débile (…à part peut-être dans la bouche de Christine B, et encore ce n’est pas sûr.). Mais sachant que c’est pathétiquement foireux, comment tu fais pour garder ton aplomb en enchainant ces foutaises pourries?
Quand à ces inversions de dire qu’il est homophobe de soutenir que les homos puissent se marier, que les lesbiennes puissent bénéficier de la AMP/PMA et de mettre une cellule d’écoute pour les jeunes homos en détresse, faire applaudir et approuver des foules, quoi de mieux pour démontrer qu’ils ne sont qu’une bande de tarés haineux près à accepter n’importe quelle débilité du moment que c’est contre les homos?

Et sur le « coup du Point Godwin » en comparant François Hollande à Hitler… Tu t’en es sorti comme un chef! C’était énorme! Pas beaucoup d’acteurs professionnels s’en seraient sortis aussi bien. Se poser en gros troll en gardant son sérieux comme tu l’as fait, waw…

Chapeau l’artiste !
Frigide Barlot
@ Frigide
Représentation parfaite, le rôle de ta vie!
Superbe, on en veut encore, dommage que ça s’arrête si vite.

Là où je trouve que tu as fait très fort c’est avec ton « Il n’y a pas d’ovules dans les testicules. ». Outre l’ânerie monstrueuse du slogan, arriver à faire dire « ovules » et « testicules » à des grenouilles de bénitiers, là, c’était gonflé.
Que dire aussi de leur faire brandir et se rassembler derrière du rose flashy?…
Ah si, le top, ta définition du mariage, « la zigounette dans la foufounette », c’était franchement osé de les faire passer pour des simplets aussi ouvertement sans qu’ils bronchent.

J’ai aussi adoré une phrase que tu as dite à propos de Ratzinger:
« Il a également eu l’audace de laver les écuries d’Augias après les scandales de pédophilie à répétition au sein de l’Eglise. »
Comparer le pape à le figure païenne d’Héraklès, c’était balaise, mais sachant qu’Héraklès était l’éraste (enseignant pédérastique) de son neveu Iolaos… Et ça, tout en disant que l’église est puante et remplie de fumiers… Gonflée!

D’ailleurs, à propos du pape, il y a un truc qu’il faudra que tu m’expliques:
Comment tu as fait pour faire démissionner le pape?
Non, ne sois pas modeste en disant que tu n’y es pour rien, il démissionne juste la veille du jour où la loi sur le mariage va être votée. Tu ne vas pas me faire croire que tu es totalement innocente sur ce coup là.
Le pire, c’est que je n’ai rien vu venir. Même avec ton mouvement « Touche pas à mon pape! », je n’aurais jamais pensé que c’était sur le même principe que le vieux slogan féministe « Ne me libère, je m’en charge. », là, c’était « Touche pas à mon pape, je m’en charge. ». Trop fort ! Mais en y repensant qu’il se dise que le personnage que tu as fait représente l’avenir du catholicisme français, ça a dû lui mettre un bon coup de massue…

Ce n’est pas tout ça, mais qu’est ce que tu as pu leur en faire craquer du pognon avec tous ces trucs que tu as organisé! J’ai hâte de savoir qui est prêt à dépenser tant de fric en dons (voire avec nos impôts s’il y a des collectivités locales) pour s’opposer à l’égalité citoyenne.
Bravo en tous cas de les avoir (débusqués et) fait cracher au bassiner pour ce qui est des particuliers.

Je te dirais que j’ai eu chaud pour toi pour l’histoire du mariage de Jean-Luc Romero où tu étais.
Mais là encore, super-pro, tu ne te démontes pas et t’en sors en bernant tous tes suiveurs bêlants.

Bravo aussi pour cette ténacité.
Arriver encore après tant de temps à leur faire cracher du pognon pour cette manif d’avant l’arrivée du projet de loi au sénat et qu’ils enfoncent bien le clou que toutes ces âneries sont bien homophobes et bourrées des pires fantasmes puants issus d’esprits malades.
Il fallait vraiment en vouloir pour tenir sur la durée à se ridiculiser comme ça en enchainant les actions et propos piteux.

En tous cas, une fois de plus, bravo et merci. Tu nous as bien fait marrer en plus de nous aider à décrédibiliser les opposants au mariage.
Si je n’avais pas une grande considération de la fidélité dans le couple (tant le mien que le tien), je te ferais la démonstration qu’avec trois doigts, non seulement ça rentre, mais c’est super.
Un grand big up à vous deux pour avoir si bien démontré la réalité des opposants à l’égalité des droits !

– Envoyez vos commentaires –

Noël 1951 – Le jour où le Père Noël a fini au bûcher… …et a ressucité le lendemain !

9 décembre 2012 à 21:52 | Publié dans Circé, Z'inclassables | Un commentaire
Étiquettes : , , , , , , , , , ,
Père Noël
Si, si, c’est sérieux.

A l’heure où la pensée étriquée de quelques religieux veut imposer sa vision du mariage et où des polémiques apparaissent sur la présence du Père Noël dans des écoles, cette petite tranche d’histoire.

Une fois de plus:
Mais quand sera-t-on débarrassés de ces hordes d’imbéciles hypocrites qui sont la honte même du mot “religion” ?
Les faits
Le dimanche 23 décembre 1951, 15h, à Dijon, devant la cathédrale Saint-Bénigne, à l’initiative de l’évêque Guillaume Marius Sembel, un procès du Père Noël est tenu devant 250 enfants du patronage.
A l’issue du procès, accusé de « paganiser la fête de Noël », le Père Noël est condamné comme « usurpateur et hérétique ».
Il (une effigie) est ainsi été pendu aux grilles de la cathédrale, puis brûlé sur un bûcher.
Représentant tous les foyers chrétiens de la paroisse désireux de lutter contre le mensonge, 250 enfants, groupés devant la porte principale de la cathédrale de Dijon, ont brûlé le Père Noël.

Il ne s’agissait pas d’une attraction, mais d’un geste symbolique. Le Père Noël a été sacrifié en holocauste. À la vérité, le mensonge ne peut éveiller le sentiment religieux chez l’enfant et n’est en aucune façon une méthode d’éducation. Que d’autres disent et écrivent ce qu’ils veulent et fassent du Père Noël le contrepoids du Père Fouettard.

Pour nous, chrétiens, la fête de Noël doit rester la fête anniversaire de la naissance du Sauveur.

(Extrait du communiqué distribué suite à cette action)
Le lendemain
France-Soir, alors le plus grand quotidien français, en fit sa Une, et la majorité de la presse s’empara de l’affaire.

L’affaire ayant créé une situation de malaise, la mairie dût faire un communiqué officiel, conviant les enfants à venir place de la Libération, que le Père Noël serait présent comme chaque année et qu’il serait sur le toit de l’hôtel de ville à 18h.
De ce jour est née la tradition locale que le Père Noël fasse son apparition sur le toit de la mairie de Dijon.
Claude Lévi-Strauss
Cette affaire attira l’attention de l’anthropologue Claude Lévi-Strauss qui publia un article nommé « Le Père Noël supplicié » dans la revue Les Temps Modernes dans son numéro de mars 1952 (dont je me base principalement pour ce qui est de l’évènement de base).
Pitoyable et pathétique
Encore et toujours ce qui arrive quand un clergé (ou un groupe de religieux rigoristes) prend pour rival le Profane… Ca n’a rien de religieux, c’est défendre le pouvoir et l’influence que peut avoir une institution en prenant prétexte la religion.
Lévi-Strauss n’a pas osé soulever cet aspect, de même qu’il n’a pas osé non plus soulever le fait que quand un clergé (ou un groupe de religieux rigoristes) a ce genre d’attitudes, c’est qu’il considère que sa doctrine peut être en danger parce que risquant de se faire remettre en cause par un phénomène montant auquel il donne légitimité en tant que rival.
Bref, ni plus ni moins que de l’obscurantisme primaire.
Avec un peu d’avance:
Joyeux Noël à tou(te)s !
Et pour rappel, petite fierté girondine:
Le Père Noël a son secrétariat à Libourne !

– Envoyez vos commentaires –

Après nos soutifs, aidons les à brûler leurs voiles… (5)

25 octobre 2012 à 21:05 | Publié dans Penthésilée | 11 commentaires
Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Suite de
Après nos soutifs, aidons les à brûler leurs voiles… (1)
Après nos soutifs, aidons les à brûler leurs voiles… (2)
Après nos soutifs, aidons les à brûler leurs voiles… (3)
Après nos soutifs, aidons les à brûler leurs voiles… (4)
Je ne suis pas une grande fan de Nasser, mais ce qui est intéressant est de comparer les réactions spontanées en Egypte dans les années 1950 et aujourd’hui.
La vidéo
La transcription
En 1953, nous voulions vraiment et honnêtement collaborer avec les frères musulmans pour qu’ils empruntent le bon chemin. J’ai rencontré le conseiller général des frères musulmans, qui m’a présenté ses demandes. Il a demandé quoi? La première chose qu’il m’a dite: “Il faut que tu imposes le voile en Égypte et que tu obliges chaque femme qui sort dans la rue à porter son tarha (voile). A chaque femme dans la rue!”
< Rires >
« Qu’il le porte, lui même ! »
< Rires >
Moi, je lui ai répondu: si je faisais cela, ce serait revenir à l’époque de Al-Hakim bi-Amr Allah (11e siècle) qui interdisait aux femmes de sortir dans la journée! Pour moi, chacun doit rester libre de ses choix.
Il m’a dit: C’est toi le gouverneur. C’est à toi de décider.
Je lui ai répondu: Monsieur, votre fille, qui est en faculté de médecine, elle ne porte pas le tarha. Si vous, vous n’arrivez pas à faire porter le voile à une fille, la vôtre, comment voulez-vous que le je fasse porter à 10 millions de femmes égyptiennes?
< Rires >
< Applaudissements >
C’était il y a 60 ans…
Entre Nasser et les frères musulmans, c’est un successions d’oppositions, parfois sanglantes, dans les deux sens. Ni les uns ni les autres ne sont des enfants de cœurs,
mais le constat est là:
Le voile pouvait être objet de dérision dans l’Egypte des années 1950 pour être une chose moyenâgeuse et obscurantiste.
Le voile pouvait être objet de dérision dans l’Egypte des années 1950, pouvant considéré comme une chose moyenâgeuse et obscurantiste, reconnu comme signe d’oppression pour les femmes.
De mes prières vont à mes sœurs égyptiennes, les temps à venir vont être durs pour elles. Que leur courage ne flanche pas, qu’elles ne perdent pas espoir de l’emporter face aux ténèbres de la pensée arriérée qui approchent.

– Envoyez vos commentaires –

Quand le karma justifie les pires crimes…

24 janvier 2012 à 22:47 | Publié dans Circé | 4 commentaires
Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Il n’y a pas de souffrances injustes, il n’est même pas de souffrance inutile… Ce monde serait extrêmement cruel et absurde si chaque souffrance n’était pas la conséquence d’un karma passé. Mais pour appréhender ce phénomène inéluctable, vous devez croire en la réincarnation, sinon vous ne pouvez admettre que cet enfant innocent ou cette jeune femme qui n’a jamais fait de mal à personne puissent tant souffrir. Toute action commise porte ses conséquences. Aujourd’hui et demain, dans cette vie ou dans une autre. Ce concept est valable pour un individu aussi bien que pour un groupe ou une nation.
Karma sucks !
(Le dalaï lama – Extrait d’un article du Point du 23/03/2001)
La réincarnation, ok, pourquoi pas, j’approuve même, ça se retrouve dans pas mal de religions sous diverses formes, dont la mienne.
Il y en a une autre qui lui est parfois associée (pas systématiquement), celle de « karma » qui viendrait de la vie précédente et expliquerait certains malheurs dans cette vie comme trouvant leur source dans la précédente.
Tout ça est entré dans ce que l’on entend régulièrement et auquel on ne prête plus guère attention.
Moi, il y a juste quelques trucs qui me dérangent:
  • Ca justifie tous les crimes, même les plus ignobles.
  • Ca donne la victime comme responsable de ce qu’elle a subi.
C’est ignoble!
« Il n’y a pas de souffrances injustes, il n’est même pas de souffrance inutile… Ce monde serait extrêmement cruel et absurde si chaque souffrance n’était pas la conséquence d’un karma passé. »
Parce que subir une punition pour quelque chose quand aurait fait dans une autre vie dont on n’a pas le moindre souvenir n’est absolument pas absurde…
C’est évident, un enfant se faisant violer par un pédophile, c’est normal et juste, c’est à cause de ce qu’il a fait dans sa vie antérieure…
Tous les génocides aussi, c’est normal et juste, c’est que ces peuples l’avaient bien mérité avant…
D’ailleurs, c’est bien connu, toutes les victimes de crimes contre l’Humanité l’ont bien cherché!
Mais comment se fait-il que ce ne soit pas évident pour tout le monde, les victimes en premier, que toutes ces choses sont justes et utiles?
Alors ça, c’est censé être d’une grande sagesse…
C’est génial pour quelqu’un qui est censé être un prix Nobel de la paix, il donne légitimité à tous les crimes de guerre!
J’aimerais bien le voir dire en face à un rescapé d’un camp de la mort que ce qu’il a vécu et vu là-bas était juste.
Là aussi, on me rétorque comme d’habitude « Mais ce n’est pas comme ça qu’il faut le comprendre. ».
Mais bien évidemment…
Ca m’amusera toujours de voir que ce n’est jamais comme ça qu’il faut le comprendre quand on montre la monstruosité de certains raisonnements ou de certaines théories.
Et si nous rendions au dalaï lama son raisonnement?
Si le régime lamaïste est tombé, c’est donc qu’il le méritait. Qu’a-t-il donc à se reprocher?
Si le dalaï lama a dû quitter le Tibet. Quelle chose pourrie a-t-il donc bien pu faire dans sa précédente incarnation?
Poussons encore… Si dans sa précédente incarnation le dalaï lama a fait quelque chose qui soit sanctionné par son exil et si le régime des lamas a dû chuter, c’est qu’ils doit y avoir pas mal de mauvais karma derrière tout ça. Méritent-ils ainsi d’être qualifiés d’une quelconque sagesse du fait de toutes ces fautes commises?
Doit-on écouter la « sagesse » de personnes ayant mérité le bannissement?

Toujours est-il que ce raisonnement dénie aussi toute légitimité au dalaï lama et au régime lamaïste sur le Tibet pour raison de leur fautes passées envers son peuple. Ils ne devraient donc avoir aucune raison de vouloir y revenir.
C’est bizarre qu’il ne nous ait jamais parlé de ça… Ca ne vaudrait que pour les autres?
Mon avis
Comme je marquais plus haut, cette logique inique n’est pas intrinsèque à celle de la réincarnation, il existe bien d’autres manières de l’appréhender.

L’inhumanité de cette logique de « mauvais karma » acquis dans une vie antérieure peut permettre de tout justifier qu’ils y ait ou non vie antérieure, et s’il y a quelque soit la vie passée, parce que personne ne s’en souvient.
Ca arrive quand même à la prouesse intellectuelle de placer l’auteur d’un crime comme agent de justice et la victime comme coupable.
J’avais déjà aborder le thème de la « justice immanente » par des religieux, mais là, c’est battu.
Si quelqu’un connait la réponse, avec cette logique, quelqu’un à la base d’un génocide ne se recevrait il pas en plus du « bon karma » du fait d’avoir puni un peuple pour ses actions d’une autre vie?… Au point où on en est, pourquoi pas?

J’en arrive même à me poser la question de comment on peut adhérer à une logique si inique.

Mais, mais, mais…
J’oublie quelque chose…
En regardant du côté des crimes de haine et des oppressions, pour garder le raisonnement, ils sont eux aussi justes et utiles!
La racisme, l’oppression que subissent des femmes dans divers endroits du monde, l’homophobie, etc… tout ça devient juste et utile aussi donc, comme l’était l’esclavage en son temps.
Il y a des jours où la « sagesse » de certains me fait vomir…
Mais quand sera-t-on débarrassés de ces hordes d’imbéciles hypocrites qui sont la honte même du mot “religion” ?

– Envoyez vos commentaires –

Doit-on respecter toutes les cultures et religions?

12 décembre 2011 à 22:24 | Publié dans Penthésilée | 3 commentaires
Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,
C’est une question qui revient régulièrement dans divers débats de société.
On retrouve ça à chaque fois que deux cultures se retrouvent en désaccord de points de vue sur des sujets ou quand on trouve la liberté de conscience et de religion qui se mêlent à l’affaire. La religion en dehors du pur fait théologique, pour ce qui est des éléments moraux ou implications sur les aspects sociaux sort du spirituel pour entrer dans le cadre du culturel, du cultuel au culturel pourrait on dire.
Mais cela ne donne pas de réponse en soi, cela ne fait que redéfinir la frontière entre religion et culture dont certains parfois abusent.

La réponse est donc pour moi, clairement: NON !
Non respect des droits humains
Aucune culture ou religion n’a à se poser comme loi pseudo-divine au dessus des lois humaines, car derrière ces prétentions, il ne s’agit bien que de banales lois humaines ayant eu un motif politique à une époque (Voir ICI pour une de mes multiples dénonciations de supercherie sur le sujet).
Quel respect doit on à l’arbitraire et au dégradant?
La culture ou la religion sont elles une excuse à ceux-ci?
Réciprocité
Si au nom d’une culture ou d’une religion, je suis discriminée, infériorisée, voire même menacée pour une caractéristique que j’ai, serait-il normal que j’ai devoir de respecter cette chose qui ne me respecte pas?
Prévalence
Si je suis confrontée à une situation d’opposition et d’incompatibilité de mon système avec celui d’une personne en face, lequel prévaut?
Un temple malaisien

Votre attention s’il vous plait:
Durant leurs menstruations, les dames sont strictement non-autorisées à entrer dans le temple.
Merci.

Rien que pour ce panneau, je pourrais regretter de ne pas être en plein mes règles pour y aller. Ca pourrait même me donner envie d’attendre de les avoir pour y retourner.

Intrusivité
Tout simplement parce que certains pensent que leur culture ou leur religion les autorise à se mêler de la vie des autres sans que cela relève des droits humains ou un constat de législation locale.
Dans ce cadre, je n’ai pas à tolérer que certains se croient un devoir culturel ou sacré de se mêler d’aspects privés ou intimes de ma vie, quels qu’ils soient.
En cela, ça concerne aussi bien mon mode de vie, que mes valeurs ou ma religion.
Le prosélytisme entre dans ce cadre.
Transposition
Je critique des éléments de ma propre culture et des interprétations/mises en œuvre de préceptes de ma propre religion ainsi que la vision de certains de mes coreligionnaires passés ou présents. Pourquoi ne pourrais je pas transposer cette même logique critique ailleurs?
Injustice
A système de valeurs différents, réponses à des situations différentes, aussi, dans certains cas, je peux percevoir une réponse culturelle comme anormale, arbitraire ou injuste.
Ai je obligation de respecter ce que je considèrerais comme une injustice?
Pour les cas extrêmes: Quel est le respect dû à l’horreur?
Evolutivité
Les cultures évoluent, elles ne sont pas figées, ce qui est critiquable à une époque peut changer, disparaitre ou les problèmes s’accentuer.
Dans le cas religieux, les textes de référence ont été composés à une époque datant souvent de plusieurs siècles, rien n’aurait changé depuis leur composition? N’y aurait il pas nécessité de recompréhension sous l’angle de la modernité et des avancées?
Doit on respecter l’obscurantisme et l’arrièrisme?
Apport/correction
Si je reçois une critique ou une condamnation d’une personne sur un préjugé, une erreur ou une ignorance selon un élément légitime et non arbitraire, je peux faire évoluer dans mon système de valeurs à plus ou moins long terme selon comment l’idée chemine.
Doit on, sous excuse de religion ou culture, respecter les préjugés, erreurs et ignorances?
Remarque finale
L’ensemble des arguments ci-dessus ne sauraient en être caution ou justification pour une considération elle-même arbitraire et visant des catégories humaines aveuglément.
Le fait de dénoncer tel ou tel point d’une religion ou d’une culture ne peut ainsi être utilisé à charge contre toute personne s’en revendiquant. Ce n’est pas parce qu’on est issu d’une culture ou que l’on pratique une religion qu’on adhère à tout, on peut même dénoncer ses points sombres de l’intérieur. Il serait ainsi particulièrement injuste et inique de critiquer des personnes sur un motif auquel elles n’adhèrent pas, voire qu’elles-mêmes critiquent ou veulent faire évoluer.
De même, ce n’est absolument pas la même chose de critiquer arbitrairement une chose pour une de ses caractéristiques et de le faire sur une caractéristique arbitraire dans une chose.

– Envoyez vos commentaires –

Page suivante »

Propulsé par WordPress.com.
Entries et commentaires feeds.