Within Temptation – Mother Earth

3 avril 2012 à 22:03 | Publié dans Circé, Musique, Sappho | 2 commentaires
Étiquettes : , , , , , , , , , , ,
Within Temptation - Mother Earth
Morceau éponyme du second album du groupe néerlandais Within Temptation sorti en 2001.

« La Terre Mère », pour une païenne comme moi, avec de telle composition et instrumentation… Comment pouvait-il ne pas devenir un de mes morceaux fétiches?
Les paroles en VO
Birds and butterflies
Rivers and mountains she creates
But you’ll never know
The next move she’ll make

You can try
But it is useless to ask why
Cannot control her
She goes her own way
(Refrain)
She rules until the end of time
She gives and she takes
She rules until the end of time
She goes her own way
Within Temptation - Mother Earth
With every breath
And all the choices that we make
We are only passing through
On her way

I find my strength
Believing that your soul lives on
Until the end of time
I’ll carry it with me
(Refrain)
(Couplet de version longue)
Once you will know my dear
You don’t have to fear
A new beginning
Always starts at the end

Once you will know my dear
You don’t have to fear
Until the end of time
She goes her own way
(Refrain)
La vidéo officielle
Traduction – La Terre Mère
Les oiseaux et les papillons,
Les rivières et les montagnes, elle les crée.
Mais tu ne sauras jamais
Le prochain geste qu’elle fera.

Tu peux essayer,
Mais il est inutile de demander pourquoi
On ne peut la contrôler.
Elle va son propre chemin.
(Refrain)
C’est elle qui décide jusqu’à la fin des temps.
Elle donne et elle prend.
C’est elle qui décide jusqu’à la fin des temps.
Elle va son propre chemin.
Within Temptation - Mother Earth
Avec chaque souffle
Et tous les choix que nous faisons,
Nous ne faisons que croiser
Son chemin.

Je trouve ma force
En croyant que ton âme vit encore.
Jusqu’à la fin des temps,
Je la porterai en moi.
(Refrain)
(Couplet de version longue)
Un jour tu sauras, mon cher,
Que tu n’as pas à avoir peur.
Un nouveau commencement
Part toujours de la fin.

Un jour tu sauras, mon cher,
Que tu n’as pas à avoir peur.
Jusqu’à la fin des temps,
Elle va son propre chemin.
(Refrain)
En live – Black Symphony

(Avec le fameux couplet de version longue chanté par les choeurs)

– Envoyez vos commentaires –

Mécano – Mujer contra mujer / Une femme avec une femme

3 avril 2011 à 09:16 | Publié dans Arc en ciel, Sappho | Un commentaire
Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , ,
Mecano - Descanso Dominical
En 1986, José Maria Cano (du trio musical espagnol Mécano) écrit cette chanson Mujer contra mujer, deux ans plus tard en 1988, elle sort sur le septième album Descanso Dominical et explose dans les charts même dans des pays d’Amérique latine où l’homosexualité est réprimée par la loi et que la vidéo ait été interdit. Elle est ensuite traduite en plusieurs langues:
« Une femme avec une femme »,
« A Woman Against A Woman » et
« Per Lei contro di Lei ».
A sa sortie, Une femme avec une femme restera plusieurs semaine en première place en France
Douceur et émotion dans la mélodie dans les paroles et dans la voix d’Ana Torroja, pudeur et tolérance aussi, le succès de cette chanson n’est en rien démérité.
Mince, elle me fiche les larmes aux yeux à chaque fois…

J’ai aussi une tendresse particulière pour cette chanson parce que Sabine et moi avons ouvert le banquet de nos fiançailles sur une chorégraphie que nous avions préparé sur elle (en version espagnole).
Mujer contra Mujer
Nada tienen de especial
dos mujeres que se dan la mano,
el matiz viene después
cuando lo hacen por debajo del mantel…
Luego a solas sin nada que perder,
tras las manos, va el resto de la piel…
Un amor por ocultar
aunque en cueros, no hay dónde esconderlo…
Lo disfrazan de amistad
cuando salen a pasear por la ciudad
Una opina que aquello no está bien.
La otra opina, que ¿ qué se le va a hacer ?
Y lo que opinan los demás está de más
¿ Quién detiene palomas al vuelo
volando a ras de suelo?
Mujer contra mujer.
No estoy yo por la labor
de tirarles la primera piedra
si equivoco la ocasión
y las hallo labio a labio en el salón…
Ni siquiera, me atrevería a toser,
si no gusto
ya sé lo que hay que hacer,
que con mis piedras hacen ellas su pared…
¿ Quién detiene palomas al vuelo
volando a ras de suelo?
Mujer contra mujer.
Una opina que aquello no está bien.
La otra opina, que ¿ qué se le va a hacer ?
Y lo que opinan los demás está de más
¿ Quién detiene palomas al vuelo
volando a ras de suelo?
Mujer contra mujer.
Oh oh oh oh oh oh oh…
¿ Quién detiene palomas al vuelo
volando a ras de suelo?
Mujer contra mujer.
Live en 1991…

http://www.youtube.com/watch?v=K8CxWluoSIE dans un duo très connu avec Marta Sánchez
ou encore http://www.youtube.com/watch?v=XnXmaZ1fSkc
et bien entendu la vidéo officielle:
http://www.youtube.com/watch?v=B-SKt4OPSsE.
Mecano - Une femme avec une femme
Une femme avec une femme
(traduction/adaptation de Pierre Grosz)
Deux femmes qui se tiennent la main
Ca n’a rien qui peut géner la morale
Là où le doute s’installe
C’est que ce geste se fasse sous la table
Quand elles sont seules
Comme elles n’ont rien perdre
Après les mains, la peau de tout le reste
Un amour qui est secret
Même nues elles ne pourraient le cacher
Alors sous les yeux des autres
Dans la rue elles le déguisent en amitié
L’une des deux dit que c’est mal agir
Et l’autre dit qu’il vaut mieux laisser dire
Ce qu’ils en pensent ou disent ne pourrait rien y faire
Qui arrête les colombes en plein vol
A deux au ras du sol
Une femme avec une femme
Je ne veux pas les juger
Je ne veux pas jeter la première pierre
Et si en poussant la porte
Je les trouve bouche à bouche dans le salon
Je n’aurai pas l’audace de tousser
Si ça me dérange, je n’ai qu’a m’en aller
Avec mes pierres elles construiraient leurs forteresse
Qui arrête les colombes en plein vol
A deux au ras du sol
Une femme avec une femme
L’une des deux dit que c’est mal agir
Et l’autre dit qu’il vaut mieux laisser dire
Ce qu’ils en pensent ou disent ne pourrait rien y faire
Qui arrête les colombes en plein vol
A deux au ras du sol
Une femme avec une femme
Oh oh oh oh oh oh oh…
Qui arrête les colombes en plein vol
A deux au ras du sol
Une femme avec une femme
La vidéo officielle
Petits en vrac pour la fin…
C’est là que je me dis, mince, cette chanson a été écrite il y a plus de vingt ans, elle a eu un succès fou malgré un sujet pas facile et pouvant encore choquer à l’époque, surtout en Espagne, je vois un public qui la reprend en masse.
Immense succès en France aussi et on est toujours engluées dans des tonnes de préjugés.

A ce sujet, il est à noter que les trois membres du groupe ont été menacés d’excommunication par l’église catholique qui a condamné cette chanson dès sa sortie.

Sinon, la version italienne avec texte:
http://www.youtube.com/watch?v=f1qeRIde2Mg

– Envoyez vos commentaires –

Värttinä – Äijö

6 février 2011 à 14:01 | Publié dans Circé, Musique | Laisser un commentaire
Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Ilmatar
Je vous préviens tout de suite, c’est un morceau très étrange.
Il raconte l’histoire d’un vieux fou dans un village
Alors qu’il se fait mordre par une vipère, il se révèle être un sorcier et utilise des sortilèges anciens pour se soigner de la morsure.
En fait, cela fait totalement penser aux pratiques d’un noaide (chamane). Il s’adresse directement à l’esprit de la vipère lors d’une transe.
Le morceau par lui-même est du groupe finnois Värttinä et est tiré de l’album Ilmatar qu’ils ont sorti en 2000.
Värttinä est un vieux groupe folk formé en 1983 et qui a beaucoup évolué dans sa forme et sa composition.

J’adore les performances vocales des filles de Värttinä et l’ambiance de ce morceau.
Les techniques vocales qu’elles emploient sont traditionnel de Finlande. De même elles reprennent un vielle tradition concernant les « charmes contre des serpents » (Kyyn kirous – Malédiction de la vipère), on on trouve une autre illustration avec le groupe de Folk Metal estonien Metsatöll avec le morceau Ussisõnad (Voir).
Kyy
Le nom « Äijö »
« Äijä » terme désigne une sorte de vieil homme un peu fou, excentrique.
Mais au delà de ça « Äijö » désigne aussi Ukko, un ancien dieu du paganisme finnois et estonien. Il est le créateur de la déesse Ilmatar (Pour rappel le nom de cet album de Värttinä). Il est lié à la foudre et le symbole traditionnel représente à la fois la foudre et la vipère…
Äijö – Finnois
Kylän äijä, vanha väkkärä
Kylän äijä, vähä-älynen
Kylän äijä, kumma käppänä
Kylän äijä vääräsäärinen
Kylän äijä, kylmäl mäellä
Kylän äijällä, kyy ol kyljel

Rääkyi männikössä yöllä yksinänsä
Rääkyi männikössä kekäleet käessä
Kämmenet käryssä kengät kankahalla
Yöllä yksinänsä, äijä väsyksissä

Kylmällä mäellä kyy ol kytkyessä
Ylähällä yksi alemmalla kaksi
Purrut kämmenestä kyy ol käppänätä
Syyhyn synnyttänyt, syytäny sylkeä

Äijä yksinänsä yöllä väännätteli
Kynnysportahalla kyytä kyttäeli
Päätä pölkyllensä, pahan pirulaisen
Kieron kastiaisen kurkun kirvehelle

Äijä paranteli pirun puremaista
Viinalla valeli, pirrulla pesevi
tervaksella teki, lämmöt löylytteli
Loitsusi loruja, manasi majoilla

Kummasteltiin kyllin äijän pitäjässä
Äijän vääntelöitä, miehen mittelöitä
Köyryselkäkyijjen kummia kujeita
Äijän ähkimistä yöllä yksinänsä

Kylän äijä, vanha väkkärä
Vähemmästäki äijä väsyvi
Väkevämmätki, heti hyytyvi
Kylän äijä väsyneenä

Äijön Manaus – Finnois
(L’exorcisme d’Äijö)
Kyy kylmänahka kavala
Vihollinen viirusilmä
Maan nuora kanervakarva
Maan on sykkä synnynnäsi
Tiijä sykkä synnyntäsi
Maan kavala kasvantasi
Maast on muutkin matoset
Kirjavatkin käärmehet

Enpä tiijä karvoasi
Mikä karva lienetkää
Oo vaikka yheksikarva
Mustakarva, harmiakarva
Tahi vaskenkarva

Pirun riivattu purija
Et very miun verellä
Et liho miun lihalla
Sie sahaselkä sihisijä
Pitkähammas paholainen
Mäne metsähän mäelle
Pakene pajun vesoille
Luikerra kivien kolohon
Musta mato mää mullan alle
Vie vaiva männessäs
Kipu kova kulkeissas
Noille tappotanterille
Vainovaivoille sijoille
Puhista purema paha
Poista myrkky myötämöiten
Eläkä enää ehätä
Tule näille nurkkiloille
Ruma roikale luikertele
Sur scène
Je conseille aussi une autre version live pour les 25 ans de Värttinä en 2008:
http://www.youtube.com/watch?v=sg6S-KmcZQM&feature=related
avec Ismo Alanko pour la malédiction.
Äijö – Vieux fou – Français
Le vieux fou du village, un vieil excentrique
Le vieux fou du village, des faiblesses dans la tête
Le vieux fou du village, aussi un avorton
Le vieux fou du village, les jambes arquées
Le vieux fou du village, sur la colline froide
Le vieux fou du village, une vipère sur sa poitrine

Dans les pins, il criait seul la nuit
Dans les pins, il criait, portant des charbons ardents
Qui lui brûlaient la paume de mains
La nuit, seul, le vieil homme fatigué

Sur la froide colline se trouvaient des vipères
Une en haut, deux en bas
Le vieil homme fut mordu par une vipère à la paume de la main
Une blessure perçante, la décharge de venin

Le vieux fou seul dans la nuit bizarre
Pourchassait du regard la vipère près du porche
Pour mettre la tête de ce vil démon sur le billot
Et mettre sa hache sur son cou ondulant

Le vieux fou pour soigner la morsure de ce démon
Y versa de la gnôle, la lava avec de la liqueur
Pris du bois résineux et se fit un sauna de vapeur brûlantes
Lut des charmes et lança des incantations

Nombreux dans le village du vieux fou se demandaient ce qu’il faisait
Le vieux fou se tordait comme se battant contre un homme
Comme des serpents se lovant et leurs étranges entrelacs
Le vieux fou luttait seul dans la nuit

Le vieux fou du village, un vieil excentrique
Le vieux fou était épuisé là où pour moins
Des plus forts que lui n’auraient pas tenu bon
Le vieux fou du village épuisé

Vipère
L’exorcisme d’Äijö – Français
Vipère perfide à la peau froide,
Ennemis rampant aux yeux fendus,
Cordon rampant sur la terre couleur de bruyère,
C’est de la terre qu’est venue ta méprisable naissance
Apprend ta méprisable naissance
Dans la terre s’est déroulée ta trompeuse croissance
Comme tous les autres vers viennent de la terre aussi
Même les serpents aux myriades de couleurs

Je ne peux pas connaitre ta couleur
Quelle couleur tu avais
Si tu avais neuf couleurs
noir ou gris
ou cuivré

Mordant possédé par un démon
Tu ne t’abreuveras plus de mon sang
Tu ne te repaitras pas de ma chair
Monstre sifflant au dos dentelé
Démon aux longues dents
Vas à la colline dans la forêt
Fuir te dissimuler parmi les saules
Rampe te cacher dans un trou rocailleux
Ver noir, disparait sous terre
Emporte y mon tourment
Emmène avec toi ma douleur
A ceux qui sèment la mort
Cesse de me tourmenter de tes maux
Reprend aussi ta mauvaise morsure
Retire ton venin de mes veines
Désormais ne revient plus ici
Reste dans ton coin
Glisse laide griffe

– Envoyez vos commentaires –

Dead Can Dance – Summoning of the Muse

16 janvier 2011 à 09:03 | Publié dans Musique, Sappho | Laisser un commentaire
Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , ,
Within the Realm of a Dying Sun
En 1987, le groupe Dead Can Dance sortait son album Within the Realm of a Dying Sun sur lequel se trouvait le morceau Summoning of the Muse, objet de cet article. Plus de vingt ans après, ce morceau n’a pas pris une ride et son aspect éthéré et mystique fait toujours sont effet phénoménal.
Dead Can Dance
Dead Can Dance est en fait un duo composé de la contralto Lisa Gerrard et du baryton Brendan Perry créé en 1981 et qui se séparera en 1998, laissant 7 albums derrières eux. Ils marqueront de leur emprunte la musique gothique par leur immense créativité, ainsi que par la qualité et l’originalité de leurs compositions.

Cependant, leurs styles étant très variés, je vous conseillerais quand même d’essayer d’avoir une écoute avant d’acheter un de leurs albums, histoire de ne pas tomber sur un style ne vous correspondant pas et ainsi être déçu(e) et risquer de passer à côté de ce que vous pourriez considérer comme un petit bijou sur un autre album.
Une vidéo surtout pour la musique…
Vous pouvez aussi bien fermer les yeux et profiter, c’est plus comme ça que je fais personnellement.
« Paroles »
Je ne les donne qu’à titre indicatif, elles n’ont pas de sens par elles-mêmes, Lisa Gerrard « chante les notes ».
INNUCSAHNO…VADEH…MONDE..HALLARI’..NA­RI’..NE(A)NONDE
INNUCSAHNO…VADOH…MONDE..HALLARI’..NA­RI’..NE(A)NONDE
INNUCSAHNO…VADOH…MONDE..
INNUCSAHNO…VADOH…MONDE..
INNUCSAHNO…VADOH…MONDE..
IRURI’..NUNA’…NADE’..NI’

INNUCSAHNO…VADOH…MONDE..HALLARI’..NA­RI’..NE(A)NONDE
INNUCSAHNO…VADOH…MONDE..HALLARI’..NA­RI’..NE(A)NONDE
INNUCSAHNO…VADOH…MONDE(I)..
INNUCSAHNO…VADOH…MONDE(I)..
INNUCSAHNO…VADOH…MONDE(I)..
IIIIHHH DAHHH…AHHH…AAAH…

AH…NOMMONADE’…RUSSHI..A…NOMMONADO’­..UEGHE…ALHOUI (3)
DAH..NOMENA…
DAH’…NOMMONADE’…RUSSHI..A…NOMMONAD­O’..UEGHE…ALHOUI (3)
DAH..NOMENA…
DAH’…NOMMONADE’…RUSSHI..A…NOMMONAD­O’..UEGHE…ALHOUI (3)
DAH..NOMENA…
DAH’…NOMMONADE’…RUSSHI..A…NOMMONAD­O’..UEGHE…ALHOUI (3)
DAH..NOMENA…

DAH…RI…DOH…OH..OH…OH…

DOLUME’..DORUME’…DORUMEPALE
ALUHNARINA NUNANUMI’….ALHOUI
Versions « Tribute » (en hommage…)
De toutes celles qui vont suivre, je trouve la première très bien, la seconde est gâchée par l’intervention du batteur; mais toutes les autres perdent complètement le feeling initial Heavenly en donnant un côté trop Metal.
Carla Corsi et Davide Caresta
Un peu plus courte et moins chargée.
Dark Sanctuary
Hortus Animae
Subterranean Masquerade
Summoning Of The Muse(Deconstructed)
Inclassable: Silent Stream Of Godless Elegy
Non, là, ils auraient pu se retenir d’un tel massacre…
Voilà…
Maintenant que vous avez entendu d’autres interprétations (ou carnages), repassez vous l’original…

– Envoyez vos commentaires –

Marre des rappeurs misogynes et homophobes!

4 octobre 2010 à 22:32 | Publié dans Musique, Penthésilée | 28 commentaires
Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Quand en finirons nous enfin avec les rappeurs ouvertement misogynes et homophobes?
Orelsan, Morsay, Booba, Lim, Sexion d’Assaut, Cortex, etc…. la liste est encore très longue, et toujours et encore on voit cette liste s’allonger dans la presse au fil des affaires…
On ne compte plus le nombre de groupes de rap qui incitent à des comportements dégradants ou des maltraitances envers les femmes ou/et envers les homos, quand ce n’est pas simplement les battre, les violer ou les tuer.
Et toujours et encore, les mêmes excuses ou explications bidons quand la menace de poursuites arrive…
Puis ça chouine que ce n’est pas juste quand les premiers concerts sont annulés…

Enfin… Je dis ça pour le rap, mais on le trouve aussi dans d’autres styles, comme le raggae, le RIF,… et même chez des chanteurs de variété…

Visiblement, ces propos ne semblent pas plus que ça choquer les maisons de disques, les tourneurs, les radios et bon nombre de professionnels qui participent à cette diffusion de ces messages intolérables.

La liberté d’expression est souvent invoquée.
Foutaise! Ces messages à caractères haineux sont condamnés par la loi. Quand la loi sera-t-elle réellement appliquée et les caractères homophobes ou misogynes plus écartés lors des procès? Quand les peines seront elles autre chose que de légères peines quand elles ne sont pas simplement avec sursis?
Quand est ce qu’enfin des sanctions dissuasives seront prises et des condamnations conséquentes tomberont?

Ils veulent se la jouer gros machos, caïds, ok, qu’ils assument, pas juste avec quelques peines légères ou avec sursis, mais de réelles condamnation pour leurs propos sexistes ou homophobes, voire appel au meurtre à vocation de grande diffusion.
Prison, pourquoi pas, mais là n’est pas la principale dissuasion, non seulement ces « artistes », mais aussi les maisons de disques, les tourneurs, etc…. participant à ces messages devraient être condamnés à de lourdes amendes, car la démarche n’est pas seulement musicale, mais c’est surtout du business. Agir là où la sanction forcera à faire attention avant de laisser passer ce genre de messages, que leur diffusion coûte bien plus qu’elle ne rapporte.

Alors, disons le clairement aussi:
Cette minoration des peines place la justice en tant que complice tacite. Mais comme il ne s’agit que de bonnes femmes, de pédés et de gouines, bref, des sous-citoyens, pas la peine de s’encombrer avec ça, ce n’est pas bien grave…

Alors on doit faire quoi pour qu’enfin les choses bougent?
Ecrire une chanson qui soit ostensiblement un appel à émasculer ou tuer les rappeurs misogynes ou homophobes?


Quant à ceux qui diraient que c’est stigmatiser ce style musical (que je n’apprécie pas, c’est vrai), relisez moi, vous verrez que je ne parle pas du style en général, mais bien de certains profils, propos ou comportements.

Ah, au fait, pour rappel:
2009 – Orelsan a représenté la France aux MTV Europe Music Awards à Berlin.
2010 – Sexion d’Assaut doit représenter la France aux MTV Europe Music Awards à Madrid.

Normal en tant que « Meilleur artiste Français » de l’année…
Il y a comme un problème.
Petite note linguistique:
Hataï, aussi écrit hataille désigne un homosexuel masculin ‘passif’, certains groupes passant le même message homophobe en voulant se montrer plus dédaigneux encore en le disant en arabe.

– Envoyez vos commentaires –

Page suivante »

Propulsé par WordPress.com.
Entries et commentaires feeds.

%d blogueurs aiment cette page :