Dévirilisation des hommes ou nostagie patriarcale?

8 mars 2011 à 17:14 | Publié dans Arc en ciel, Penthésilée | 12 commentaires
Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , ,
Référence de virilité ?
En ce moment, on se retrouve avec un petit retour des frustrés de l’émancipation des femmes, qui se plaignent que les féministes ont dévirilisé les hommes.
Waw…
Balèzes les filles…

(Existe aussi en y mettant comme responsables les lobbies gays ou les gauchistes, voire pour les tarés les plus atteints, les sionistes qui seraient derrière tous ces courants…)

Ont-ils raisons? Qu’est ce que ça impliquerait? Et une foule d’autres questions…

Mais avant, faut-il savoir de quoi on parle…
Qu’est ce que la virilité?
Voilà bien l’origine du problème: il y a trois définitions s’y attachant, à trois niveau différents:
  1. Biologique: Ensemble des caractéristiques physiques masculines, chez l’homme adulte.
  2. Sexuelle: Vigueur sexuelle et capacité de procréer masculines.
  3. Culturelle: Ensemble des vertus et valeurs morales associées au genre masculin.
Aussi, on peut regarder à quel niveau se situe la critique?
  1. Biologique: A moins que les féministes soient de démoniaques généticiennes ayant opéré des mutations sur l’ensemble de la population: rien.
  2. Sexuelle: Idem.
  3. Culturelle: Bingo! On est en plein dedans!
Hors, toute notion culturelle est relative et subjective.
Quelques uns des buts avoués du féminisme étaient/sont/resteront bien de faire changer la société, les mœurs, les affectations/déterminismes de genre, dans tout ce qui était/est/restera défavorable de manière arbitraire aux femmes.
Valeurs culturelles
J’ai déjà abordé le sujet de l’absurdités des valeurs traditionnelles, cela se confirme par l’archaïsme de celles-ci et de certaines références culturelles n’ayant plus lieu d’être.
Alors quelles sont ces valeurs viriles? Ont elles toujours une raison d’exister?

Pour les hommes:
Force, courage, agressivité, dominant, travailleur, technicité

Pour les femmes:
Douceur, tendresse, organisation domestique, maternelle, conciliation

Arrêtons vite le massacre, pas la peine de développer, ça n’est pas une révélation que nos valeurs traditionnelles sont patriarcales et que la femme a vocation d’être au service de l’homme.
Alors à la question:
Ont elles toujours une raison d’exister?
La réponse est clairement: NON.
Pourquoi?
Parce qu’elles sont issues du passé de notre civilisation, en particulier sa culture religieuse chrétienne, hors celle-ci a été dépassée, les clergés ont abusé de leur position, la contestation de celle-ci a amené d’autres courants de pensée, en particulier les Droits Humains. Hors cette logique d’attribution de valeurs à un sexe ou à l’autre est incompatible avec le fondement des Droits Humains selon lesquels les individus sont égaux indépendamment de leur sexe d’appartenance.
Le fondement même de ces valeurs est contestable et ne tire sa légitimité d’aucun raisonnement moral, uniquement de l’arbitraire.

Un réajustement culturel est donc indispensable. Ces notions de virilité et de féminité basées sur un schéma qui a vécu n’ont plus lieu d’être, elles doivent être entièrement repensées depuis zéro, en oubliant toute référence à l’ancien schéma.

Là, normalement, on va me sortir qu’il faut connaitre son passé pour construire son avenir…
Hors sujet !
Connaitre son passé, le comprendre ne doit en rien constituer un frein à l’évolution. le passéisme n’a aucun légitimité à restreindre le développement de chacun(e).

Informaticienne, je travaille avec des ordinateurs et des serveurs de générations récentes, que m’importe le fonctionnement des ordinateurs des premières générations, je me fiche de savoir comment marchait le Harvard Mark I et comment s’employaient les fiches perforées. Mon contexte de travail est maintenant avec des méthodes de travail de maintenant, avec des langages de maintenant pour faire le travail de maintenant. Internet n’existerait pas si on avait dû écouter tout au long de notre histoire les nostalgiques de l’époque où on écrivait sur des tablettes de cire ou d’argile voulant perpétuer cette pratique. Et mince, a-t-on perpétué toutes les valeurs de l’époque de Néanderthal?
Il ne s’agit pas de remettre en cause tout notre passé et notre culture, mais bien d’actualiser celle-ci et d’historiser ce qui doit l’être.
Le problème des multiples définitions
Toute civilisation évolue ce qui entraine bien évidemment des changements de mœurs et dans la culture même. Il ne devrait donc y avoir aucun soucis à ça, sauf que…
Du fait des trois sens, une confusion psychologique se crée chez certains individus et ce n’est plus trois sens, mais bien un triple sens qui est considéré, la fusion des trois notions.
Aussi, la variation de culture est vécue par ces individus comme une remise en cause biologique et sexuelle, donc comme une agression envers leur intégrité à ces niveau.

Cela fait d’ailleurs partie des diverses malhonnêtetés intellectuelles des théoriciens de la dévirilisation.
Frustrations, complexes, angoisses, manque d’assurance,…
Référence de virilité ?
Face à une contradiction entre les valeurs traditionnelles et les valeurs modernes, il y a forcément un positionnement à trouver pour chaque homme (et chaque femme, mais ce n’est pas le sujet pour le moment).

J’ai toujours trouvé étonnant ceux qui se plaignent que les femmes ne supportent plus leurs débordements et leurs action/propos déplacés.
On devrait les laisser dire, nous manquer de respect, nous insulter sans broncher… Et quoi encore?

Il fut un temps où tout cela était validé par la société et où les femmes n’avaient pas les moyens de se défendre ou étaient ostracisées si elle le faisaient, heureusement, ce temps n’est plus. Tout n’est pas gagné pour autant encore, mais pas mal de chemin a été parcouru.

Ne pouvant bénéficier de la supériorité naturelle que donnait la société aux hommes autrefois sur les femmes, il y a un conflit qui se fait entre une mentalité voulant toujours cette supériorité et la réalité dans laquelle ils se retrouvent avec une égalité de statut. Fini le temps où les femmes devaient se taire, maintenant ce sont les idées misogynes qui doivent le faire.
A force de se faire remettre à leur place (donc de « perdre ») ou de devoir retenir ces propos face aux femmes (censées être inférieures) et aux hommes égalitaristes, les frustrations se développent. Puis viennent les complexes, les angoisses et le manque d’assurance dans leur virilité quand ce n’est pas carrément un complexe de castration.
Autre phénomène s’ajoutant souvent dessus pour les célibataires, leur étant difficile de trouver une compagne acceptant d’être traitée comme inférieure, il ont du mal à entretenir une relation, ce qui enfonce psychologiquement encore un peu plus le clou en plus des frustrations sentimentales et sexuelles.

Là, on a donc une personne frustrée avec une estime de soi dégradée, des complexes, etc… Il faut donc des coupables, c’est tout trouver: celles qui sont à l’origine de ce changement de société: les féministes.

En un sens, ils ont raison, il y a dévirilisation, mais pas de tous les hommes: juste d’eux!
Pour se rassurer ils transposent au reste de la population masculine leurs frustrations, alors que les hommes à l’aise dans leur virilité/masculinité n’ont pas ce genre de soucis. Etrange non ?

Frustrés et manquant d’assurance, on les retrouve ainsi aussi sur le net, profitant de l’anonymat que celui-ci permet pour exprimer leur frustration et leur colère de leur propre état.
Les polémistes devenus théoriciens de cette dévirilisation ont juste une petite différence: ils en tirent un bénéfice financier, mais les frustrations sont les mêmes.
Présence d’homophobie?

Bien évidemment.
Comme de souvent, on trouve aussi le motif de l’homophobie pour d’homosexualité refoulée.

Par rapport à l’homosexualité masculine, les homos sont considérés comme faisant partie de cette dévirilisation. Bien évidemment, c’est à prendre dans le sens culturel, ils ne sont pas avec cet aspect de domination dans la relation amoureuse des femmes, ils adoptent même la posture dite « passive » considérée comme féminine, donc, ils ne peuvent correspondre à ce qu’est un mÂle, un vrai.
Au delà de la référence foireuse hétéronormée patriarcale et du cliché, il est amusant de constater d’un nombre important de codes gays correspondent à l’image d’Epinal de la virilité que les défenseurs contre la dévirilisation prennent pour référence. Le héros viril de cinéma, le catcheur, le mec bien monté et musclé se trouve des deux côtés… du moins dans l’imagerie, parce que c’est loin d’être le profil le plus présent d’un côté comme de l’autre…

Par rapport à l’homosexualité féminine, les lesbiennes sont considérées comme des rivales. Elles ne respectent pas le schéma qui voudrait qu’un homme dirige le couple, elles vont même jusqu’à séduire des femmes… Ce sont des insoumises qui sont pour une part dans la contestation de l’ordre patriarcal. Elles veulent rivaliser avec les hommes sur leurs terrains comme, voire plus, que les féministes.
Bref, du fait que nous soyons pour des raisons pratiques dans la transgression des affectations de genres et des motifs hétéronormés patriarcaux, qu’il n’y ait pas de place pour les hommes dans nos vies amoureuses, nous serions forcément des ennemis des hommes que nous voudrions rabaisser…
Là encore, on nage dans le cliché foireux.

Dans les deux cas, c’est la contestation ou le non-respect du schéma hétéronormé patriarcal qui remonte pour dire que les homosexuels sont contributifs de la dévirilisation des hommes.
Les clichés foireux sont de sortie, ils sont même utilisés pour dire qu’il y a une volonté d’homosexualiser les hommes… Les petits frustrés de la dévirilisation ne sont même pas assez futés pour comprendre qu’il n’y a pas plus d’homos, seulement les contraintes sociétales concernant les gays sont moindre et il leur est plus facile de vivre comme ils l’entendent.

Il y a aussi le cas à part de l’homosexualité refoulée qui est assez caractéristique.
Certains ont tellement la trouille des attirances homosexuelles qu’ils ont ressenties qu’ils rejètent tout en bloc et suivent parfois des chemins étranges.
Je me souviens d’un jeune croisé sur un forum qui écrivait que les homosexuels représentaient ce qu’il ne voulait pas être. Quelqu’un d’à l’aise dans sa sexualité ne fait pas référence à ce qu’il ne voudrait pas être parce que ça ne lui est simplement pas passé par l’esprit de faire un tel rapprochement. Idem pour ceux qui ne cessent de faire référence à la sodomie, pourquoi en parler autant s’ils ne se sentent pas concernés?
On retrouve régulièrement ce déni avec un comportement faisant pratiquer les activités « viriles » comme preuve de non-homosexualité et de non-dévirilisation. C’est simplement se voiler la face…

Le rapport qu’ils font entre homosexualité et dévirilisation est quand même très significatif et instructif sur leurs frustrations.
Qui?
On trouve bien évidemment quelques polémistes, comme Alain S et Eric Z, inutile de le préciser, ils sont à jeter dans la catégorie des frustrés et complexés.
Cependant, hors des polémistes futiles, on retrouve ça aussi dans d’autres contextes, en particulier chez certains hommes vieillissants.
Est ce un hasard de trouver ça chez des hommes à la puissance sexuelle déclinante?
C’est aussi assez fou ce comme tout était mieux avant si on écoute les vieux, mais moi je constate que mon pauvre portable est largement plus puissant que les serveurs qui prenaient des bâtiments entiers…
On le trouve aussi chez certains jeunes.
Et là aussi, c’est normal. On s’aperçoit bien vite qu’il y a un manque d’assurance en eux, qui s’exprime souvent de manière violente ou des idées radicales. Le repli sur ces valeurs traditionnelles est une sorte de recherche de références, et malheureusement, ils se retrouvent face au conflit qu’elle ne sont plus actuelles, d’où frustration.
J’ai aussi découvert qu’il y avait toute une littérature d’extrême-droite sur le sujet dans différentes mouvances. Cela dit, les deux polémistes ont aussi des idées qui flirtent avec ces tendances…
Là, le rapport au racisme et à l’immigration est des plus flagrants.
Ne pas non plus oublier une grande partie qui n’est pas incompatible avec les autres: les beaufs, les tocards, les minables qui ont trouvé une excuse, des coupables à la misère de leur pauvre petite vie.
Un relent de racisme fréquent
Comme vu plus haut, il s’agit d’un phénomène culturel, par voie de conséquence localisé sur des cultures. De là, certains franchissent allègrement le pas de dire que « Le féminisme a dévirilisé l’homme occidental. » quand ce n’est carrément pas « Le féminisme a dévirilisé l’homme blanc. ».
S’en suit généralement le fait de développer que d’autres cultures n’ayant pas été touchées par ça en profiteraient.
Régulièrement, on trouve en plus l’argument que les femmes occidentales/blanches se détourneraient donc des hommes occidentaux/blancs, étant attirées par la virilité des autres…

Et bien, ça tombe bien bas…

Relevons donc que:
  • La culture occidentale n’est pas la seule qui soit la cible des féministes du monde entier.
  • Ca reste dans l’androcentrisme, ne voyant que par le prisme de de cette si regrettée virilité.
  • Une vision réductrice des femmes qui seraient avides de mÂles VIRils… (Non, c’est connu, les femmes sont incapables de sentiments qui ne soient liés à autre chose que la VIRilité des mÂles…)
  • Une perception en cheptélisation des femmes qui résonne comme « Ils nous piquent NOS femmes! ».
  • Une séparation de l’Humanité entre les occidentaux/blancs d’un côté et les autres, si ce n’est pas du racisme ou de la ségrégation, c’est quoi?
Cela reste donc très lié à leur vision infériorisante des femmes et à l’idéal de soumission qu’ils y souhaiteraient.
(Malheureusement, certaines conditionnées selon ces principes réducteurs existent encore.)
On trouve aussi des argumentations natalistes. « En dévirilisant l’homme occidental/blanc, avec la contraception et l’IVG, les féministes ont fait chuter la natalité occidentale/blanche. ».
Là, ça part sur des théories d’invasion/substitution ethnique des occidentaux blancs par d’autres population, l’islamisation de l’Europe, etc… ou à celle qu’il y aurait une volonté délibérée de métissage pour nuire à l’homme blanc.
C’est l’heure du clorazépate, les gars…
Synthèse
En prenant un peu de champ, on remarque quand même des éléments récurrents.

La référence à la perte de virilité fait forcément référence au passé et l’élément récurent est celle à une société dominée par le mâle hétéro blanc (MHB).
Ce n’est donc pas un hasard que les théoriciens de cette dévirilisation ne cessent de faire référence aux femmes et aux féministes, aux homosexuels et aux populations correspondant aux ex-colonies; on pourrait même ajouter les populations juives qui par périodes ont été rabaissées. Sur chacun de ces trois axes, le MHB avait une position dominante et son autorité était validée par la société et les mœurs.
En un laps de temps très court, cette position dominante a disparu grâce à divers mouvements égalitaristes et le MHB s’est retrouvé sur un pied d’égalité officiel avec les autres catégories humaines qu’il dominait avant.
Même si l’égalité totale n’est pas encore là dans les faits et qu’il reste encore quelques droits à acquérir ou stabiliser ainsi que divers aménagements à apporter, dans l’ensemble, tout ne s’est pas trop mal passé.
Je ne redévelopperai ce que j’écrivais plus haut sur toutes les frustrations et complexes, mais le réel point de cohérence est là:
Les anciennes tranches de populations soumises sont mises à égalité.

Le statut de MHB n’est plus suffisant, la comparaison est possible et dans certains domaines, la compétition est ouverte.
Pour la plupart des hommes hétéros blancs, cette situation est normale, ayant évolué au fil des transformations de la société et ayant intégré ça, voire étant nés avec cette configuration; aussi pas de dévirilisation chez eux, juste sur les frustrés de la perte de leur ancienne supériorité naturelle.
Conclusion intermédiaire:
L’égalitarisation des droits est à l’origine de l’apparition de cette théorie de la dévirilisation dont les théoriciens le reconnaissent presque même.
Frustrés, complexés, ayant une perte d’estime de soi, au bout du compte, les défenseurs de cette théorie se retrouvent réellement dévirilisés, pas par la société et ses transformations, mais bien par eux-mêmes.
Toute comparaison, confrontation ou compétition perdue face à un ex-inférieur ne fait qu’amplifier le phénomène.
Ca peut ainsi très vite tourner au cercle vicieux de médiocrité.
Une remarque rapide…
L’anonymat du net est aussi un terrain pour ce genre de personnages qui deviennent assez facilement des trolls. Le pouvoir de nuisance de cette approche leur donne un illusion d’avoir un certain poids, une pseudo-puissance. On en trouve donc sur divers fora et dans les commentaires d’articles sur des domaines féministes ou lgbt en train de débiter des propos qu’ils n’oseraient jamais tenir face à de vrais individus (ou alors entourés de tout un groupe solide…).
Dans les faits, inconsciemment ils essaient de compenser ce faisant, mais selon les participants, ils se font encore rabaisser ou se prennent un violent retour à leur réalité une fois sortis du virtuel.
Ma conclusion
Tout ça est puant. Quelle que soit le motif d’émission de cette idée de dévirilisation, médiocrité, racisme, misogynie, homophobie, etc…., l’idéologie qui se développe derrière devient puante à terme.

Personnellement, je mettrais ce phénomène en parallèle avec d’autres que force m’est de constater comme la décomplexion de propos de traditionalistes religieux ou celle de ceux qui voudraient pouvoir librement exprimer toutes les discriminations pour ne citer que ça. On trouve même une ‘solidarité’ de ces courants selon les circonstances.
C’est malsain.
Alors que les luttes égalitaristes et anti-discriminations continuent, leurs acquis sont remis en question et les moyens d’applications sont menacés eux aussi et pas seulement en France, jusqu’à l’ONU même.
Résistance à une évolution de mœurs très rapide à l’échelle humaine? Synchronisation de volontés politiques? Autre? Je ne sais pas, je ne fais que constater.

Mais pour en revenir au sujet de cet article, non, les hommes ne sont pas dévirilisés, ce sont juste les références sociales qui changent. Il serait stupide de définir un ensemble de mœurs comme la définition de la nature des individus alors que c’est variable selon la culture et que celle-ci évolue.
Les affectations de genres s’estompent, mais ça ne change rien aux hommes et aux femmes dans leur nature. Ces affectations ont étés questionnées et la société réalise de plus en plus leur infondé. Est il sain pour une civilisation de conserver des schémas illégitimes et périmés? Doit on pleurer sur la disparition de l’esclavage?
C’est exactement à ce niveau que ce situe le problème, l’intégration des changement dans les mentalités avec le glissement des générations.

Les hommes ne sont pas dévirilisés parce qu’on leur a culturellement supprimé des schémas illégitimes et ridicules. C’est absurde.
Par contre, il y a aussi le propos de dire qu’il y ait un manque de repères et ça, je peux mieux le concevoir.
Il y a le même genre de perte de repères chez certaines femmes, on le constate de manière flagrante chez les migrantes ou certaines femmes âgées qui se sont retrouvées avec des droits et les libertés qu’elles n’ont pas appris jeunes à gérer pour raisons culturelles. On retrouve chez elles aussi ce repli culturel sur des valeurs désuètes en décalage avec la réalité de notre société.
Un vieux slogan féministe disait: « Feminism is the radical notion that women are people. » (Le féminisme est la notion radicale que les femmes sont des personnes.). C’est là qu’on peut trouver une réponse logique et juste à cette question de repères, les hommes aussi sont des personnes.
Ainsi, c’est bien dans une éthique et un ensemble de valeurs morales qui transcendent les sexes et les genres que doivent se trouver ces repères. Il n’y a pas besoin de vouloir se poser en dominant, garant ou nuisance pour l’autre sexe pour exister. C’est tout le sens de valeurs égalitaristes, être un être humain avant tout, avant une quelconque identité sexuée. C’est même logique, comment être un homme ou une femme si on ne se réclame pas humain en premier? Je dirais même qu’il est malsain de renvoyer sur l’autre sexe des choses qui sont présente chez les deux.
En fin de compte, ça revient à supprimer la troisième définition, culturelle, celle des affectations de genres, correspondant à un modèle rendu illégitime et périmé par la réalité.

Ces repères sont là, il suffit qu’ils s’imprègnent dans les mentalités.
Reste donc aux défenseurs des théories de « dévirilisation des hommes » et autres nostalgiques du patriarcat de savoir s’ils veulent rester un bande de tocards ridicules ou s’ils préfèreraient se trouver une place légitime dans un système ayant des visées égalitaristes entre les sexes.

– Envoyez vos commentaires –

Pour chaque femme – Pour chaque fille

15 octobre 2010 à 07:22 | Publié dans Penthésilée, Sappho | 4 commentaires
Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,
For Every Woman est un poème en prose de Nancy R. Smith de 1973.

A l’époque, il était devenu un classique par le bouche à oreille. Aussi il y a quelques temps, un collectif l’a remis au goût du jour, l’a « adapté », en ne considérant plus homme-femme, mais garçon-fille. Evidemment, le message est un peu différent, puisse qu’il fait référence à l’éducation et non plus la vie d’adulte.

Voici donc l’original, son adaptation et leurs traductions.

 

For Every Woman
For every woman who is tired of acting weak when she knows she is strong, there is a man who is tired of appearing strong when he feels vulnerable.

For every woman who is tired of acting dumb, there is a man who is burdened with the constant expectation of « knowing everything. »

For every woman who is tired of being called « an emotional female », there is a man who is denied the right to weep and to be gentle.

For every woman who is called unfeminine when she competes, there is a man for whom competition is the only way to prove his masculinity.

For every woman who is tired of being a sex object, there is a man who must worry about his potency.

For every woman who feels « tied down » by her children, there is a man who is denied the full pleasures of shared parenthood.

For every woman who is denied meaningful employment or equal pay, there is a man who must bear full financial responsibility for another human being.

For every woman who was not taught the intricacies of an automobile, there is a man who was not taught the satisfactions of cooking.

For every woman who takes a step toward her own liberation, there is a man who finds the way to freedom has been made a little easier.

 

Pour Chaque Femme
Pour chaque femme qui en a marre de faire semblant d’être faible quand elle sait qu’elle est forte, il y a un homme qui en a marre de paraître fort alors qu’il se sent vulnérable.

Pour chaque femme qui en a marre de faire semblant d’être idiote, il est un homme qui est harassé de l’attente constante de « tout connaitre ».

Pour chaque femme qui en a marre d’être appelée « une femelle émotive », il y a un homme à qui on refuse le droit de pleurer et d’être doux.

Pour chaque femme qui est appelée non-féminine quand elle participe à la compétition, il y a un homme pour qui la compétition est la seule manière de prouver sa masculinité.

Pour chaque femme qui en a marre d’être un objet sexuel, il y a un homme qui doit s’inquiéter de sa puissance.

Pour chaque femme qui se sent « prisonnière » de ses enfants, il y a un homme à qui on refuse l’intégralité des plaisirs de la parentalité partagée.

Pour chaque femme qui se voit refuser un emploi intéressant ou l’égalité de salaire, il est un homme qui doit supporter l’entière responsabilité financière d’un autre être humain.

Pour chaque femme à qui on n’a pas appris les subtilités d’une automobile, il y a un homme à qui on n’a pas appris les satisfactions de la cuisine.

Pour chaque femme qui fait un pas vers sa propre libération, il y a un homme qui trouve que la voie vers la liberté est devenue un peu plus facile.

 

For Every Girl
For every girl who is tired of acting weak when she is strong, there is a boy tired of appearing strong when he feel vulnerable.

For every boy who is burdened with the constant expectation of knowing everything, there is a girl tired of people not trusting her intelligence.

For every girl who is tired of being called over-sensitive, there is a boy who fears to be gentle, to weep.

For every boy for whom competition is the only way to prove his masculinity, there is a girl who is called unfeminine when she competes.

For every girl who throws out her E-Z-Bake oven, there is a boy who wishes to find one.

For every boy struggling not to let advertising dictate his desires, there is a girl facing the ad industry’s attacks on her self esteem.

For every girl who takes a step toward her liberation, there is a boy who find the way to freedom a little easier.

 

Pour Chaque Fille
Pour chaque fille qui en a marre de faire semblant d’être faible quand elle est forte, il y a un garçon qui en a marre de paraître fort alors qu’il se sent vulnérable.

Pour chaque garçon qui est harassé de l’attente constante de « tout connaitre », il y a une fille qui en a marre que les gens ne croient pas en son intelligence.

Pour chaque fille qui en a marre d’être appelé super-sensible, il y a un garçon qui a peur d’être doux, de pleurer.

Pour chaque garçon pour qui la compétition est la seule manière de prouver sa masculinité, il y a une fille qui est appelée non-féminine quand elle participe à la compétition.

Pour chaque fille qui se débarrasse de son four de dinette, il y a un garçon qui veut en trouver un.

Pour chaque garçon qui lutte pour ne pas laisser la publicité lui dicter ses désirs, il y a une fille qui fait face aux attaques de l’industrie publicitaire sur son estime de soi.

Pour chaque fille qui fait un pas vers sa libération, il y a un garçon qui trouve la voie vers la liberté un peu plus facile..

– Envoyez vos commentaires –

Arguments (même des plus débiles) contre l’ouverture du mariage aux personnes de même sexe

6 septembre 2010 à 11:12 | Publié dans Arc en ciel, Penthésilée | 17 commentaires
Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Juste histoire de les lister un peu.
Je sais que ça a déjà été fait, mais on en oublie toujours, surtout parmi les plus débiles…
Bon, là, je ne vois que pour le mariage, pas pour les enfants même si j’aborde le sujet rapidement sur un des arguments, il faudrait que je le face un jour aussi, mais je crois que le déblocage du mariage permettra par cascade de très rapides évolutions sur le terrain de l’homoparentalité.

Une autre remarque préliminaire, on parle souvent de mariage gay ou mariage homosexuel, ceci n’est en rien une réalité de revendications, juste un abus de langage, car ce qui est réellement revendiqué sur ce sujet est une égalité totale de droits pour l’accès à la même institution que les hétéros.

Alors pourquoi ne partir qu’en logique « arguments contre »?
C’est simple, la législation a été construite sur un modèle du mariage ne concernant que les couples hétéros, de là, la demande d’ouverture aux couples homos a été clairement émise et refusée. L’affaire du « mariage de Bègles », même si je pense qu’elle a été menée en dépit du bon sens, a permis de montrer que seule une logique administrative empêchait la validation de ce mariage.
La légitimité de la demande se situe au nom du principe de l’égalité citoyenne, aussi, au nom de quoi se positionne la légitimité du refus de cette ouverture?

Bon… Je vais commencer par les plus débiles, histoire de m’en débarrasser vite fait.
Le mariage est l’union entre un homme et une femme.

Allo? C’est justement tout l’enjeu du débat de voir des arguments légitimes visant à interdire une évolution de définition…
C’est comme le droit de vote, avant, c’était juste pour les homme, maintenant ça marche aussi pour les femmes. Les temps changent Allo? c’est le but du débat de voir à changer cette définition ou non…
C’est pas possible d’être aussi cruche… et après ça ose s’exprimer et considérer avoir un avis intelligent… Pfff…

C’est contre-nature.

On a dit que c’était pour les gens qui avaient une capacité de réflexion!
Dans la nature, le mariage n’existe pas, c’est une institution humaine, civile. Le code civil de la nature n’a jamais été écrit…
Il conviendrait de faire un test de QI, histoire de se marrer…
Quant à ces histoire de contre-naturalité, voir: ICI.

C’est une ouverture à d’autres choses comme la polygamie, la zoogamie ou on ne sait quoi encore…

Là, ça donne envie de proposer une loi pour un niveau de QI minimal pour le droit de vote. Mince ! Il y a un homme politique qui a déjà sorti cet argument ! Mince ! Il y a un parti qui l’a soutenu et des gens qui ont voté pour lui !
Pour la zoogamie, il faudrait qu’un animal soit en mesure de remplir et signer les papiers nécessaires, confirmer avoir compris ce à quoi ça l’engage et qu’il le fait de son plein gré, ce qui est loin d’être gagné…
Pour la polygamie, c’est un autre sujet, il y a des aspects culturels, mais d’un point de vue humain, c’est discutable sur la base qu’aucune des parties ne soit lésée, que le consentement soit totalement libre pour toutes les parties, que toutes les parties soient liées de manière égale entre elles, etc. … Dans tous les cas, c’est un tout autre débat!

Si on autorise le mariage homosexuel, il y aura plus d’homosexuels.

Bin voyons… Les neurones sont vraiment en panne… Comme si une loi pouvait changer l’orientation sexuelle des gens…
Il est clair que risque de s’en suivre le fait que de nombreuses personnes puissent assumer plus facilement leur homosexualité. Il est possible aussi que le nombre d’homos se cachant derrière une façade hétérosexuelle diminue. Mais en aucun cas, le nombre d’homos changera.
Le recul sur les pays ayant déjà ouvert le mariage aux personnes de même sexe montre d’ailleurs que cet argument est faux.
Quand bien même il serait correct, quelle importance cela pourrait-il avoir?

Il n’y a pas discrimination, parce qu’une lesbienne peut toujours se marier avec un homme et un gay avec une femme.

Aussi débile qu’il puisse être, j’ai déjà rencontré cet argument.
Il y en a qui semblent tout à fait logique dans notre société de décider de se marier avec une personne qu’on aime pas et pour laquelle on a aucune attirance…

Alors poussons un peu plus loin pour démonter en argumentant dans du plus concret…
Le préambule de la constitution de 1946, troisième point, prévoit:

La loi garantit à la femme, dans tous les domaines, des droits égaux à ceux de l’homme.

Ce préambule est tacitement reconduit sur les constitutions suivantes et est donc toujours d’actualité.
Ainsi, si un homme a le droit de se marier avec une femme, une femme doit en avoir le droit aussi, de plus, si un homme n’a pas le droit de se marier à un homme, une femme ne doit pas en avoir le droit non plus.
Constitutionnellement parlant, le mariage doit donc se définir comme indifférent au sexe de chacun des membres du couple ou ne pas exister!

Bon, là, on va passer à du un peu plus sérieux, mais le constat reste toujours le même, il n’y en a aucun qui tienne réellement la route d’un point de vue logique ou citoyen pour peu que l’on réfléchisse un peu.

Ces arguments sont réels, mais le signe que beaucoup de gens sont simplement en train de les utiliser parce que c’est la ligne de leur mouvance et non le résultat d’une réflexion en connaissance du sujet.

Ca peut être aussi par hypocrisie comme une certaine asso LGBT associée à un parti qui était contre parce que « ce n’est pas dans la ligne du parti » et que « le grand chef est contre ».
(Personnellement, je trouve ça minable.)

Pour ceux pour qui c’est un autre problème idéologique, religieux par exemple, le réel motif de refus du mariage entre personnes de même sexe n’est que la stupide observance de préceptes arbitraires pour certains et de l’homophobie primaire pour d’autres.
Cela remettrait en cause l’ordre social.

En quoi le fait que deux personnes de même sexe remettrait il en cause l’ordre social?
Au contraire, ça serait plutôt un facteur stabilisant, le contexte légal du mariage leur permettant une meilleure sécurité dans leurs investissements dans la vie sociale et économique.
Dans le cas du décès d’un des deux membres du couples, cela peut éviter des problèmes à celui qui reste, voire aux enfants de ce fameux couple. Le mariage éviterait ou amoindrirait ainsi certaines précarisations et situations sociales délicates. Au bout du compte, l’évitement de ces problèmes serait donc un gain pour la société civile.
Le recul sur les pays ayant déjà ouvert le mariage aux personnes de même sexe montre d’ailleurs que cet argument est faux.

A ce sujet, en quoi serait il une mauvaise chose de changer l’ordre social quand celui-ci est source de discriminations? La libération de la Femme (par exemple) a changé l’ordre social, et franchement, c’est loin d’être un mal. Ca a commencé à mettre un terme à des siècles d’injustices envers la moitié de la population.
Mais autant citer une autre remise en cause majeure: l’abolition de l’esclavage.

Cela pourrait choquer des personnes pour lesquelles le mariage à une connotation religieuse.

Dans un pays laïc où l’église est séparée de l’état depuis plus d’un siècle et dans laquelle le mariage est considéré comme une institution civile depuis plus de deux siècles, l’argument de religion ne tient pas.

Il est d’ailleurs à remarquer que le mariage n’est pas une institution qui a été inventée par les religions auxquelles il est fait référence, au mieux, elles en ont hérité d’une religion antérieure, certaines n’ont d’ailleurs pas connu le mariage à leur fondation, il n’est donc pas de leur ressort de dire en quoi le mariage consiste fondamentalement.

De même, ça serait valider que sous prétexte de religion, on ait le droit de discriminer dans notre pays laïc! Inacceptable!

C’est contre le dessein de dieu pour les humains.

Voir supra.

D’ailleurs, j’attends toujours que « dieu » ose venir me le dire personnellement en face… Il sera bien reçu ce petit <-auto-censure->
On notera d’ailleurs qu’il n’est jamais intervenu personnellement pour exprimer un tel contre-dessein lors des débats préliminaires dans les pays où l’ouverture s’est faite.

Le mariage a vocation à fonder une famille et à y élever des enfants, hors les homos ne peuvent pas voir d’enfants.

Cela implique quelques remarques:

  • Etre homosexuel(le) ne rend pas stérile.
  • On devrait donc interdire aux couples stériles (pour raison d’âge ou de problème biologique) de se marier.
  • Il n’est demandé actuellement aucun certificat de fécondité pour pouvoir se marier.
  • Même si l’adoption est interdite actuellement pour les couples homos, il n’est pas dit que cette interdiction ne tombe pas.
  • Même si la gestation pour autrui (mères porteuses) est interdite actuellement pour les couples homos, il n’est pas dit que cette interdiction ne tombe pas.
  • Il faudrait proclamer un divorce d’office des couples s’étant mariés et n’ayant pas eu d’enfants pendant une période prescrite définie par la loi, s’accompagnant de pénalités financières lourdes, ainsi que de poursuites pour fraude fiscale. Mêmes sanctions pénales pour les couples divorçant sans avoir eu d’enfants.

Mais le problème ne se pose même plus en ces termes, de nombreux homos ont déjà des enfants en France. Il conviendrait de leur donner, selon cet argument, de leur ouvrir le mariage pour leur donner ce cadre pour les élever.

Et si vous vous posez la question du comment, c’est simple:

  • Une lesbienne ou une bisexuelle peut très bien se faire inséminer d’une manière quelconque pour tomber enceinte.
  • Des couples étrangers ou binationaux mariés à l’étranger peuvent avoir des enfants reconnus.
  • Des adoptions de la part d’un célibataire
  • Des reconnaissances de paternités (réelles ou fictives)
  • etc. …

Et oui… Les homos ont déjà des enfants…

Il y a beaucoup d’homos qui sont contre le mariage entre personnes de même sexe.

Il y a aussi beaucoup d’hétéros qui sont contre le mariage, aussi employer cet argument pour refuser le mariage aux homosexuels, c’est aussi demander la suppression du mariage pour les hétérosexuels.
Si toute notion de mariage est supprimée en France, alors ok, la demande des homos devient illégitime, mais là, je crois que ça va mettre un sacré bazar les premiers temps…

Cela nuirait aux enfants.

En quoi?
La réalité quotidienne ne changerait en rien pour ce qui est de la vie pratique des enfants de ce couple, il y aurait juste un contexte socialement plus sûr.
Pour ce qui est des enfants extérieurs, ça ne leur concernerait absolument rien, puisse que ce n’est pas leur famille…

Ca pourrait donner le mauvais exemple aux enfants

Alors là, je ne plaisante plus parce que c’est grave.
Même si les gens qui émettent cet argument ne s’en rendent pas toujours compte sur le coup, c’est clairement un jugement de valeur sur des personnes. Un couple homosexuel qui s’aime serait donc un « mauvais exemple ». Ca s’appelle ni plus ni moins que de l’homophobie.

Ils pourraient divorcer.

Oui… Comme les couples hétéros…

Cela nuira à l’institution du mariage.

En quoi?
Ca ne changera absolument rien pour les autres couples. Il n’y aura pas de perte de droits pour les couples hétérosexuels mariés.

Ca ne s’explique pas, c’est une question de principes.

Au contraire, des principes, ça s’explique.
Là, ça sonne plus comme de la honte de la raison réelle qu’on ne veut pas exprimer.

Il y a déjà le PACS pour les homos.

Quel rapport?
D’abord, le PACS n’est pas réservé aux homos, il y a beaucoup plus d’hétéros qui en passent que d’homos, mais surtout, le PACS n’ouvre pas du tout aux mêmes droits.
Le fait que le PACS existe n’empêche pas de vouloir se marier. Nombre de PACS passés par des hétéros sont révoqués au moment où ceux-ci veulent se marier, les homos voudraient faire la même chose, pour les mêmes raisons, le PACS n’est pas suffisant.

Les homos veulent singer les hétéros en se mariant.

Si par « singer », on veut dire « avoir les mêmes droits », c’est le cas.
Si par « singer », on veut dire « ne plus être des sous-citoyens », c’est là aussi le cas.
Si par « singer », on veut dire « vouloir le mieux pour leur couple », c’est toujours le cas.
Si par « singer », on veut dire « avoir la même sécurité pour leur partenaire de vie et leurs enfants », c’est définitivement le cas.

Je sais que dans la devise de mon pays « Liberté, égalité, fraternité », ça ne concernait pas les femmes au moment où cela a été émis, mais rien que vouloir distinguer les homos et les hétéros dans les dispositions légales, c’est encore le non-respect de cette devise.

Juste pour rappel: la seule différence de fond que nous avons avec les hétéros, c’est le sexe d’appartenance de notre partenaire de vie.

Il leur faudrait quelque chose donnant lieu aux même droits mais qui ne s’appelle pas « mariage ».

Outre que ça ne respecte pas l’égalité citoyenne et continue d’entretenir des différences entre les couples homos et hétéros, cela voudrait dire que toute la législation devrait être faite en doublon.
Il est absurde de vouloir distinguer pour raison de « tradition » ce qui revient au même.
Et on va trouver quoi comme nom pour désigner nos enfants, nos foyers, nos noces, nos lits conjugaux, nos héritages, etc.?

S’ils ont décidé d’être homos, ils n’ont qu’à assumer.

D’abord, pas plus qu’on ne décide de la couleur de sa peau, on ne décide pas non plus qui on va aimer ou de son orientation amoureuse. Dirait-on « Tu as décidé d’être noir, tu n’as qu’à assumer. »?
Ce niveau de réflexion serait à mettre dans celle de plus haut, c’est débile.

Continuons… Outre le fait que ça ne soit pas choisi, ça veut dire quoi « assumer »?
Ca veut dire pour une lesbienne « accepter les viols correctifs« ?
Ca veut dire « accepter de se faire insulter sans répondre »?
Ca veut dire « accepter toutes les discriminations dont nous sommes l’objet »?
Ca veut dire « accepter toutes les violences physiques et psychologiques qu’on nous fait subir »?
Ca veut dire « accepter de se faire battre à mort »?
Ca veut dire en Iran « accepter de se faire pendre »?
Ca veut dire pour certains « accepter de se faire mettre à la rue par sa famille »?
Alors, oui, je crois qu’on assume déjà quand même pas mal…

L’homosexualité doit rester dans la sphère privée.

Pas de bol, quand ça concerne une institution civile, c’est justement un problème légal, donc public, qui est le sujet du moment.

C’est comme pour l’époque de la libération de la Femme, on peut même ressortir le vieux slogan:

« Le privé est politique. »

parce que l’organisation de la vie privée se définit dans un cadre culturel et légal, lui-même découlant de la politique.

Et si on donne le mariage aux homos, ils demanderont quoi après?

Tout simplement l’égalité totale des droits, mais on la demande déjà…
Pas de bol, c’est censé être un des principes fondateurs de notre nation.
Comme les femmes à l’époque, les homos réclament que leurs droits ne soient pas inférieurs, mais égaux, à ceux du mâle blanc hétéro dont Napoléon s’est servi comme référence pour établir son code civil.

C’est même dans l’article premier de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme:

Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

Il manque juste l’orientation amoureuse dans quelques articles…

La société n’est pas prête.

Etrangement, c’est le genre d’argument qui revient surtout dans les milieux politiques…
« La société » n’était pas prête au droit de vote des femmes, à l’IVG, à la contraception, à la fin de la peine de mort, à la fin de l’esclavage, etc. …
Aux états unis, en Afrique du Sud, « la société » n’était pas prête au vote des noirs.
Autant le dire tout de suite, cette version de « la société » n’est rien d’autre qu’un système sortant avec tout son passif.

« La société » est pourtant censée être tout à fait autre chose: l’ensemble des citoyens et résidents. Le problème est donc tout autre: trouver les solutions pour organiser au mieux l’ensemble de la population sur le territoire, et c’est pour cela que nous avons des élus censés faire ce travail.

La réelle traduction est donc:

« C’est un risque de suicide électoral ! »

parce qu’il y a pleine conscience qu’il y a une partie de l’électorat qui est homophobe et que ça ne passera pas pour eux. Aussi, cette attitude de faire passer un intérêt électoraliste avant l’intérêt citoyen (par le fait qu’il s’agisse de l’intérêt d’une partie significative des citoyens sans pénalités pour le reste), ce n’est ni plus ni moins que de la trahison envers la nation !

On ne peut pas le changer car c’est l’union d’un homme et d’une femme depuis des siècles.

Et alors?
Pendant une durée plus longue encore, la femme a été considérée comme inférieure à l’homme, et pourtant on a pu le changer.
Pendant une durée plus longue encore, on a vécu en monarchie, et pourtant on a pu le changer.
Pendant une durée plus longue encore, la navigation était à voile et à rame, et pourtant elle a pu changer.
Pendant une durée plus longue encore, la quasi-totalité de la population était rurale, et pourtant elle a pu changer.

Sur ce sujet, pas besoin de progrès techniques, pas besoin de révolution armée, pas de transformations majeures de société, c’est juste une histoire de volonté à changer les choses, cet argument est juste un argument d’hypocrisie.

Dans le mariage, il faut une altérité sexuelle.

Il faut une altérité pour se marier? Mais pourquoi se limiter à une altérité sexuelle?
Il faudrait aussi une altérité ethnique, religieuse, sociale, politique, culturelle, etc. …
Outre le fait que ceux qui parlent d' »altérité » ne soient pas vraiment pour que les autres soient en plus, pourquoi poser une principe d’altérité dans le mariage, sauf vouloir hypocritement ne pas affirmer un autre argument.

Ce n’est pas une priorité.

Ca, c’est un argument d’hypocrisie.
Il y a des tas de lois qui passent mois après mois sur des sujets encore moins prioritaires, alors que dans le cas du mariage entre personnes de même sexe, c’est un sujet qui a été d’actualité depuis avant même le PACS.
Voici donc par exemple un projet de loi plus prioritaire: 09-679, c’est une évidence que c’est une attente d’un nombre significatif de Français qui réclament ça depuis longtemps…

Il faudrait changer des éléments administratifs.

Et alors? C’est une chose régulière, ça se passe tout le temps, qu’il s’agisse de procédures, de formulations, d’imprimés, de documents officiels, etc. …

Tous les maires ne voudraient pas les célébrer.

En tant qu’officier d’état civil, les maires ne sont pas obligés de célébrer tous les mariages eux-même, ils peuvent déléguer à des agents communaux titularisés. Cependant, ils ne peuvent refuser ou retarder un mariage sans un motif légalement valide, sous peine de poursuites. Pas de bol, c’est la loi…

Bon, là, je crois que j’ai fait le tour des principaux et même plus, n’hésitez pas de m’indiquer ceux que j’aurais pu oublier…

Sinon, histoire de voir les choses autrement:
Mariage hétéro et paternité sont contre-nature ! Abolissons les !
Egalité totale des droits !
Maintenant !

– Envoyez vos commentaires –

17 Mai: Journée Mondiale Contre l’Homophobie – Message personnel

17 mai 2010 à 17:15 | Publié dans Arc en ciel | 4 commentaires
Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Voilà, c’est le 17 mai, journée mondiale contre l’homophobie, il fallait bien que j’écrive un truc, alors, voilà.

Je ne vais pas vous resservir une fois de plus ce que vos avez pu entendre à la télévision ou à la radio, ou même lu dans les journaux. Ce n’est pas la peine, vous avez entendu ou vous avez zappé à force de l’entendre, je peux comprendre, moi non plus je ne suis pas intéressée à entendre ou lire toujours les mêmes choses.

Il risque même d’y avoir des réactions du style:
« ‘Font chier ces pédés et ces gouines, on ne voit et n’entend qu’eux! »
Bin, oui, c’est une des rares journées où on a rien d’autre à faire que faire chier…

Mais pourquoi fait on chier ces journées là?
C’est simple: parce que le restant de l’année, c’est nous que des hordes d’homophobes font chier, ou agressent, ou violent, ou même tuent.

C’est aussi parce que tous les jours de l’année, même ces journées là, nous sommes des sous-citoyens dans de nombreux pays, dont le mien, la France. Mais encore, on peut dire que j’ai de la chance, dans d’autres pays, mon sort serait bien moins enviable…
Quelle joie! Je suis autorisée à être une sous-citoyenne!
Mais là, je reviens dans ce que vous avez entendu ou zappé toute la journée…

Alors, maintenant, c’est « ‘Font chier ces pédés et ses gouines, on ne voit et n’entend qu’eux! », comme avant, c’était « ‘Font chier ces bonnes femmes, on ne voit et n’entend qu’elles!. Les droits des femmes approchent progressivement de l’égalité, on n’y est pas encore, mais ça vient doucement, même si un retour arrière est toujours possible, certains y poussent d’ailleurs. Mais voilà, nos droits ont évolué et les revendications féminines de l’époque ne sont plus contestés que par des obscurantistes religieux et des polémistes souffrant de complexes d’infériorité.

Il va en être de même pour les droits des homosexuels, c’est une évolution qui se fait un peu partout dans le monde, de nombreux pays sont avec une avance certaine sur le mien qui se prétend une référence en ce qui concerne les droits de l’Homme. Dans quelques décennies, plus personne (en dehors des obscurantistes religieux et des polémistes souffrant de complexes d’infériorité) ne contestera nos droits, nos mariages, nos filiations.
Le seul frein réel est l’arrivisme de nos politiciens qui ne voient que leur bénéfice personnel et des visées électoralistes. Ils sont aussi minables que ceux qui refusaient le droit de vote aux femmes de crainte que leur position devienne moins favorable.
(Là, je pourrais repartir dans mon couplet sur la trahison citoyenne de nos dirigeants, mais je le ferai une autre fois…)

Dans les lignes qui précèdent j’évoquais les droits des femmes pour les mettre en parallèle des droits des homos.
Vous n’avez jamais remarqué que les pays les plus hostiles aux homosexuels sont généralement aussi ceux où les femmes sont les plus oppressées?
Tout aussi étrangement, on retrouve souvent la même base: un patriarcat écrasant imposé par la religion.

Mais ce n’est guère si différent ici, si les homos sont privés de leurs droits, sujets à discriminations et toutes ses nuisances, l’origine en est la même. Il n’y a pas si longtemps que les femmes voient leurs droits se faire reconnaitre. Les plus virulents opposants sont souvent aussi associés à des religions, la vie est impossibles pour de jeunes homos dans des familles fortement religieuses.
Pour les autres, c’est l’héritage du patriarcat et une bonne dose de stupidité qui sont à l’origine de leurs comportements et facteurs de nuisance.

Personnellement, tant en tant que femme qu’en tant qu’homosexuelle, je trouve pitoyable que tant d’obscurantismes soient encore si présents dans la société actuelle. Le pire étant que les imbéciles s’en revendiquant sont fiers de clamer haut et fort l’arriération de leurs mentalités.

Alors, si en cette journée, tu as pensé:
« ‘Font chier ces pédés et ses gouines, on ne voit et n’entend qu’eux! »
comme l’année dernière, mon message sera simplement:
« Très sincèrement et du fond du coeur, vas te faire foutre vraiment vraiment beaucoup… »

Bon, allez, comme j’y suis…
Rouge pour la Vie
Orange pour la Guérison
Jaune pour le Soleil
Vert pour la Nature
Bleu pour l’Harmonie
Violet pour l’Esprit (de communauté)

Oooh… J’ai encore fait un arc-en-ciel…

Egalité totale des droits !
Maintenant !

– Envoyez vos commentaires –

Le PACS a 10 ans… Mme Christine B

13 octobre 2009 à 21:41 | Publié dans Arc en ciel, Penthésilée | Un commentaire
Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , ,
10 ans déjà, et pas grand chose depuis…

Tout ça ne me concernait pas à l’époque, je n’avais que 14 ans et ne me doutais pas de ce qu’allait être ma vie amoureuse.

A cette occasion, voici ce qu’on entend de la part d’une des plus acharnée sur le sujet, porteuse de bible à l’Assemblée Nationale.
(Ajout plus tard: Maintenant, elle ne supporte plus les petits poissons à l’école…
cf. « Le baiser de la lune »)

A 1min30:
« je suis favorable, j’étais favorable, je suis encore favorable à l’égalité de droits entre hétérosexuels et homosexuels »
Qu’on ne me fasse pas croire qu’elle est d’un seul coup devenue favorable au mariage entre personne de même sexe et de là à la double filiation.

A 1min57
« Pour moi, les homosexuels je les aime autant que les hétérosexuels; ils ont des droits identiques, ils doivent avoir des droits identiques (aux homosexuels,) aux hétérosexuels »
Arrachage de bouche?

Vers 3min
Impossibilité de répondre sur la question directe à propos du mariage, et refus pour l’adoption.

Bref: Ca empestent l’HYPOCRISIE !!!

Inutile que je note plus loin, l’égalité citoyenne républicaine n’a pas à être partielle et avec des tergiversations.

Quand on me dit « je suis encore favorable à l’égalité de droits entre hétérosexuels et homosexuels », ce n’est pas pour me faire des hypocrisies en refusant d’une autre main cette dite égalité TOTALE.

Lesbian Feminist in Action

– Envoyez vos commentaires –

Propulsé par WordPress.com.
Entries et commentaires feeds.

%d blogueurs aiment cette page :