Hymne des femmes

6 décembre 2012 à 22:51 | Publié dans Musique, Penthésilée | 3 commentaires
Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
L’histoire veut que ce chant ait été écrit au printemps 1971, la première grande manifestation du MLF du 20 novembre 1971, la marche internationale des femmes.
Les paroles
(Je donne l’ensemble des couplets, sachant que les derniers se sont ajoutés dans le temps, voir on peut trouver des variations d’ordre)
(Sur l’air du « Chant des marais » aussi appelé « Chant des déportés »)
Nous qui sommes sans passé, les femmes
Nous qui n’avons pas d’histoire,
Depuis la nuit des temps, les femmes,
Nous sommes le continent noir.
Refrain:
Levons-nous femmes esclaves
Et brisons nos entraves.
Debout! Debout, debout.
Asservies, humiliées, les femmes
Achetées, vendues, violées,
Dans toutes les maisons, les femmes,
Hors du monde reléguées.
Refrain
Seules dans notre malheur, les femmes
L’une de l’autre ignorée,
Ils nous ont divisées, les femmes
Et de nos sœurs séparées.
Refrain
Reconnaissons-nous, les femmes
Parlons-nous, regardons-nous,
Ensemble, on nous opprime, les femmes,
Ensemble, Révoltons-nous!
Refrain
Le temps de la colère, les femmes
Notre temps, est arrivé.
Connaissons notre force, les femmes,
Découvrons-nous des milliers!
Refrain de fin: x2
Levons-nous femmes esclaves
Et jouissons sans entraves
Debout, debout, debout !
Ecouter:
Plus d’actualité?
Vraiment?

Parce que nos sœurs tunisiennes, égyptiennes, libyennes et autres à travers le monde où on dit que les peuples se sont libérés sont libres?
Le viol, l’excision, les violences, les discriminations ont disparu?

La France n’est pas concernée?
C’est bien vite oublier qu’après l’abrogation de la loi contre l’inceste, le Conseil Constitutionnel a abrogé la loi contre le harcèlement sexuel, trahissant toutes celles qui étaient engagées dans des procédures…

Que dire encore des plus de 100 centre d’IVG et la foule de maternités fermées pour rendre la médecine « rentable »… Idem pour les budgets du planning familial sabrés et le fait que le seul centre d’hébergement du SAMU social pour les femmes ait fermé pour les mêmes raisons.

Pourquoi les victimes de viol ou d’agressions sexuelles sont si généralement considérées menteuses quand elles ne sont pas raillées? Pourquoi les plaintes sont si souvent requalifiées à la baisse quand elle ne sont pas tout simplement jugées irrecevables alors que les faits sont là? La présomption d’innocence est détournée pour devenir un déni de victimité dans ces affaires, quand la victime n’est tout simplement pas accusée d’être à l’origine de ce qui lui est arrivé.

Pourquoi les violences conjugales sont-elles toujours si mal gérées, par banalisation de la part des autorités et manque de structures?
Pourquoi des soldats de mon pays meurent-ils en Afghanistan pour protéger un gouvernement qui a très officiellement légalisé le viol conjugal et où les dignitaires jouissent d’une totale impunité?

Comment se fait-il qu’un joueur de football sollicitant une prostituée mineure puisse représenter mon pays à l’international?

Pourquoi alors que la première loi sur l’égalité salariale date de plus d’un demi-siècle (arrêté du 30 juillet 1946, puis loi du 11 février 1950), cela n’est toujours pas respecté?

Pourquoi de l’histoire de toute les IVe et Ve République, alors que la constitution le prévoit, il n’y a eu qu’une seule Première Ministre? (Oui, je féminise volontairement la nomination de la fonction en opposition avec l’académie française.)

Quid du plafond de verre des différences salariales à fonctions et formation égales, des discriminations à l’embauche et à l’évolution de carrière,…?
Quid de la proportion de femmes dans les représentations nationales et les hautes fonctions privées ou publiques?

La liste est encore longue, trop longue pour être exhaustive…

Ca se résume en une question:
Pourquoi en cette fin de 2012 en est-on encore à devoir réclamer nos droits et devoir nous battre pour eux?
manifeministe2
Manifestation du 24 mars 2012 à Bordeaux (où il a été entendu) en réaction à la « marche pour la vie » (traduire: anticontraception et antiIVG).

– Envoyez vos commentaires –

Within Temptation – Mother Earth

3 avril 2012 à 22:03 | Publié dans Circé, Musique, Sappho | 2 commentaires
Étiquettes : , , , , , , , , , , ,
Within Temptation - Mother Earth
Morceau éponyme du second album du groupe néerlandais Within Temptation sorti en 2001.

« La Terre Mère », pour une païenne comme moi, avec de telle composition et instrumentation… Comment pouvait-il ne pas devenir un de mes morceaux fétiches?
Les paroles en VO
Birds and butterflies
Rivers and mountains she creates
But you’ll never know
The next move she’ll make

You can try
But it is useless to ask why
Cannot control her
She goes her own way
(Refrain)
She rules until the end of time
She gives and she takes
She rules until the end of time
She goes her own way
Within Temptation - Mother Earth
With every breath
And all the choices that we make
We are only passing through
On her way

I find my strength
Believing that your soul lives on
Until the end of time
I’ll carry it with me
(Refrain)
(Couplet de version longue)
Once you will know my dear
You don’t have to fear
A new beginning
Always starts at the end

Once you will know my dear
You don’t have to fear
Until the end of time
She goes her own way
(Refrain)
La vidéo officielle
Traduction – La Terre Mère
Les oiseaux et les papillons,
Les rivières et les montagnes, elle les crée.
Mais tu ne sauras jamais
Le prochain geste qu’elle fera.

Tu peux essayer,
Mais il est inutile de demander pourquoi
On ne peut la contrôler.
Elle va son propre chemin.
(Refrain)
C’est elle qui décide jusqu’à la fin des temps.
Elle donne et elle prend.
C’est elle qui décide jusqu’à la fin des temps.
Elle va son propre chemin.
Within Temptation - Mother Earth
Avec chaque souffle
Et tous les choix que nous faisons,
Nous ne faisons que croiser
Son chemin.

Je trouve ma force
En croyant que ton âme vit encore.
Jusqu’à la fin des temps,
Je la porterai en moi.
(Refrain)
(Couplet de version longue)
Un jour tu sauras, mon cher,
Que tu n’as pas à avoir peur.
Un nouveau commencement
Part toujours de la fin.

Un jour tu sauras, mon cher,
Que tu n’as pas à avoir peur.
Jusqu’à la fin des temps,
Elle va son propre chemin.
(Refrain)
En live – Black Symphony

(Avec le fameux couplet de version longue chanté par les choeurs)

– Envoyez vos commentaires –

Julie Pietri – Eve lève toi

2 juin 2011 à 22:47 | Publié dans Circé, Musique | 2 commentaires
Étiquettes : , , , , , , , , , ,
Julie Pietri - Eve lève toi
Je suis tombée par hasard dessus et ça a été un petit coup de cœur.

Je ne crois pas avoir jamais entendu parler de cette chanteuse avant, même s’il y a une petite touche kitch et un son très années 1980, j’accroche, ça me parle, je réponds à l’appel.
Paroles: Julie Pietri et Jean-Michel Bériat
Musique: Vincent-Marie Bouvot
Eve lève toi semble ne pas avoir eu la faveur des média à sa sortie en 1986 à cause des textes jugés teintés de féminisme et des sonorités parfois orientales, bien qu’il se soit imposé de lui même par le public pour finalement exploser et se retrouver en tête des classements.
Allez, ce n’est pas tout ça, mais il faut que je me lève et que je danse…
Les paroles
Oh femme unique, péché, désir
Pour un serpent de bible
A brisé son empire
Bleu de l’enfer, couleur amour
Dessine sur la pierre
Les mots du premier jour
Saveur amère d’hommes interdits
A goûté les plaisirs
Que Dieu puni
Oh cœur mortel
Eve aux yeux pâles
Délaissée par le ciel elle a mal
Eve lève-toi et danse avec la vie
L’écho de ta voix est venu jusqu’à moi
Eve lève-toi tes enfants ont grandi
En donnant la vie je serai comme toi
Eve en musique
Fille en délire
Pour un enfant d’Afrique
A perdu le sourire
Eve en velours
Chagrin d’amour
Chemin du petit jour
Même plus rien
Oh Femme future
Sur ces trésors
Le corps en aventure
Elle s’endort
Eve lève-toi et danse avec la vie
L’écho de ta voix est venu jusqu’à moi
Eve lève-toi tes enfants ont grandi
En donnant la vie je serai comme toi
Ne pleure pas
Ton histoire est là
Regarde-moi
Ta vie est en moi
Le temps s’efface oh oh oh
Eve lève-toi et danse avec la vie
L’écho de ta voix est venu jusqu’à moi
Eve lève-toi tes enfants ont grandi
En donnant la vie je serai comme toi
Eve lève-toi et danse avec la vie
L’écho de ta voix est venu jusqu’à moi
oh oh oh oh oh oh oh
La vidéo – 1986
Listen to your heart
C’est la version anglophone de la chanson qui a été faite suite au succès de la chanson originale.
Au final, les textes n’évoquent pas du tout la même chose et finalement, bof…
Je donne quand même à titre indicatif:
http://www.youtube.com/watch?v=c3T3NTQ91bE

Mais il y a plus pourri avec les divers remixes et reprises qui en ont été fait et où le feeling et la magie ne passent pas du tout (Le travers que je reproche à de nombreux DJ de gâcher des morceaux en privilégiant la musique électronique et oubliant l’importance des textes et de la voix).
Anecdote
En 2003, cette chanson a été retenue pour « Top 50 : 50 tubes de légende ».
A écouter:
http://www.dailymotion.com/video/x1uhvo_julie-pietri-eve-leve-toi_music
Et dire que j’avais 1 an à l’époque et que les gamines sur la vidéo sont probablement mères maintenant…

– Envoyez vos commentaires –

Article 100 – Le sens de la vie…

10 mars 2011 à 10:35 | Publié dans Arc en ciel, Circé, Musique, Penthésilée, Princesse des Roses, Sappho, Z'inclassables | 2 commentaires
Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Champagne !
Voilà, 100 articles!
Je ne savais pas quoi mettre pour un article 100, quel qujet aborder, et finalement, il me parait logique que l’article 100 soit un peu le bilan de tout ce que j’ai mis en vrac dans ce petit blog, gentiment commencé il y a un peu moins de deux ans, en juillet 2009.

Il s’est passé pas mal de choses dans ma vie depuis les premières lignes sans que j’en parle ou fasse mention, mais comme l’annonce le sous-titre de mon blog, il s’agit des
Humeurs de la mignonne petite gasconne au labrys…
Des trucs qui m’amusent…
Mon article le plus consulté:
Imbattable par les autres, il est fréquenté tous les jours, il joue en catégorie pro par rapport aux autres qui sont anecdotiques à côtés:
Comment séduire une lesbienne quand on est un homme…

Je veux bien que son titre soit accrocheur et que les lesbiennes soient un fantasme pourri masculin, mais je ne pensais pas que ça ferait cet effet.
Je me marre rien qu’à penser à la tête des centaines de gars qui sont tombés dessus et qui ont découvert un délire où je me paye leur poire…

Même quand je vois ce que certains ont écrit dans les commentaires je me marre!
Il y en a un qui se fait ramasser en voulant se mousser comme un héros de virilité, ce n’est pas grave, un autre se présente quand même après…
Des fois je me demande ce qu’il se passe dans la tête de certains…

Dans le même ordre d’idées, deux articles:
Quelques trucs véridiques pour confirmer si une fille est lesbienne
Dieu est une lesbienne noire.
Le premier est le résultat d’un délire avec des copines goudous et le second un coup de gueule, mais ils ont une fréquentation régulière aussi.

Il semblerait que quand je mets le mot « lesbienne » dans le titre d’un article, celui-ci soit voué à avoir un certain succès…
Y aurait-il un phénomène là-dessous…
La vulgarité des cathos tradis…
Ca concerne ces deux articles:
Ma petite visite de la blogosphère catholique ‘traditionaliste’…
Kissin de Lyon: Les catholiques radicaux homosexuels seront de la fête!
pour lesquels j’ai supprimé des dizaines de commentaires.
Entre les insultes d’une vulgarité de haut vol, les menaces de sévices divers quand ce n’est pas tout simplement des menaces de mort, je ne les ai pas laissées passer.
Que dire aussi du courage de ceux plus évolués que les autres qui se planquaient derrière un VPN pour m’envoyer leur insanités… (Il s’agit d’un truc pour éviter de laisser son IP en France en se cachant derrière un serveur à l’étranger)
J’ai ainsi pu voir que pour eux, le viol, les mutilations, la torture sont des bases de l’action des vrais catholiques qu’ils sont. Mais il est surtout important pour eux d’insulter, ça c’est important, ils ont même des fantasmes sur les prostituées…

Il y a aussi le cas de « jean », un troll floadeur chronique, spécialiste du copié/collé, que j’avais déjà croisé sur un blog catho tradi à l’époque où je menais ma petite enquête. Je ne sais pas combien de textes interminables et creux il peut stocker chez lui…
Les critères de recherche…
Je regarde de temps en temps les stats de consultation et je vois au passage les mots clés utilisés pour trouver mes articles.
Quelques exemples tous frais:
je l ai cru lesbienne je l ai trouvée trans
perversions sexuelles hommes hétéros se déguisent en femmes
argument pour ne pas se marier
comment comprendre si on est lesbienne
sensation psychique des lesbiennes ensemble
lesbienne en monstre
les positions pour faire l’amour en islam
     et le meilleur pour la fin:
mon sexe dans le string porté de ma tante sur dailymotion vidéos

Même le dernier, ce n’est pas une invention de ma part, il y a vraiment quelqu’un qui a cherché ça!
Je ne les note pas, mais si je le faisais, j’aurais très vite de quoi en tirer un article complètement dément. Là, ce ne sont que quelques exemples de la semaine passée, mais je me demande ce que j’ai pu loupé, il doit y en avoir des pires!
C’est vrai qu’avec mes articles féministes le mot « sexe » revient souvent, idem quand j’évoque le mariage entre personnes de même sexe, parlant de sujets lgbt les mots « hétéro », « gay » et « lesbienne » reviennent aussi assez souvent, ce qui fait que divers trucs en lien puissent revenir.
Mais je n’aurais jamais imaginé tous les trucs étranges que les gens peuvent chercher…

Il y a bien une fois où j’en ai écrit un article parce que j’avais été choquée sur le coup et avais eu une explication:
Les homosexuels ont-ils une âme ?
mais je ne crois pas qu’on puisse en trouver des explications de cet ordre pour tous ces critères de recherche…
Des trucs que j’ai découvert…
Je ne pensais pas que certaines choses intéressait tant de monde…
J’ai découvert avec
Madame ou Mademoiselle ?
que finalement, cette problématique qui pourrait être quelque chose d’anecdotique concernait pas mal de monde.
Même en étant féministe, je suis surprise de l’ampleur de la chose.

25 ans… Bientôt catherinette…
Là, pareil, sur une tradition qui se perd. Il y a même pas mal d’interrogations sur la contre-partie masculine. Comme quoi…
Sur ma manière d’écrire des articles
Ca se voit d’ailleurs bien quand on regarde les plus anciens et les plus récents. Alors que je ne savais pas trop quoi écrire au début, maintenant ça a changé et ils sont bien plus longs, je suis même obligée de passer certains points, des fois je me dis ‘Non… Tu ne peux pas écrire ça…’ quand je vois que je m’emballe un peu dans le flot d’écriture.
Même au niveau de la présentation, du moment où j’ai réalisé que je pouvais utiliser le xhtml et le css, la présentation a changé.
Au bout du compte, je me dis parfois qu’il y a de vieux articles qu’il faudrait que je réécrive et remette en forme…

C’est bizarre aussi, des fois, je pars sur un sujet, je commence mon fleuve et là, plus inspirée, je le mets de côté. Certains mourront dans mes brouillons alors que j’en terminerai d’autres pour lesquels il y a un élément qui a fait que je me remette dessus.
Des objectifs ?
Au départ, je n’en avais pas vraiment, c’est une amie qui m’a suggéré ‘un certain nombre de fois…’ de faire un blog et un jour je m’y suis mise…
Donc à la base, il n’y avait pas d’objectifs, juste que je ne voulais pas évoquer trop de choses personnelles, faire connaitre d’autres et sans trop savoir où ça allait aller.

Maintenant, on va dire que ça reste sur le principe de ce qui me passe par la tête, des truc sur lesquels je veux faire réfléchir ou informer, des coups de cœurs musicaux, des indignations, un peu tout et n’importe quoi…
Une touche de sérieux, une touche de colère, une touche de girly, ça doit faire un peu vrac, c’est inégal et sans trame, ce n’est pas pour rien ce:
…ou les humeurs de la mignonne petite gasconne au labrys…
Alors d’un certain point de vue si tels seraient des objectifs, alors, oui, on peut dire que je les atteins, même si c’est sans prétention que je fais tout ça.

Bah si quand même, je m’amuse sur certaines choses, je creuse des infos pour d’autres, ça me fait réfléchir moi-même au sujet en écrivant.
Et où ça va ?
Je n’en sais rien, on verra bien…
J’ai des tas de brouillons commencés, oubliés, enterrés, des tas de trucs que je me dis que je devrais faire mais ne trouve pas l’inspiration ou que je ne sais pas par quel bout prendre.
Bref, ça va continuer à être un peu du tout et n’importe quoi qui me passe par la tête…
Alors, même si ça ne ressemble à rien, j’espère que vous y trouvez quand même votre compte et qu’il vous est assez agréable…
(C’est n’importe quoi que je raconte là, je tape sur tout et n’importe quoi aussi…)

– Envoyez vos commentaires –

Värttinä – Äijö

6 février 2011 à 14:01 | Publié dans Circé, Musique | Laisser un commentaire
Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Ilmatar
Je vous préviens tout de suite, c’est un morceau très étrange.
Il raconte l’histoire d’un vieux fou dans un village
Alors qu’il se fait mordre par une vipère, il se révèle être un sorcier et utilise des sortilèges anciens pour se soigner de la morsure.
En fait, cela fait totalement penser aux pratiques d’un noaide (chamane). Il s’adresse directement à l’esprit de la vipère lors d’une transe.
Le morceau par lui-même est du groupe finnois Värttinä et est tiré de l’album Ilmatar qu’ils ont sorti en 2000.
Värttinä est un vieux groupe folk formé en 1983 et qui a beaucoup évolué dans sa forme et sa composition.

J’adore les performances vocales des filles de Värttinä et l’ambiance de ce morceau.
Les techniques vocales qu’elles emploient sont traditionnel de Finlande. De même elles reprennent un vielle tradition concernant les « charmes contre des serpents » (Kyyn kirous – Malédiction de la vipère), on on trouve une autre illustration avec le groupe de Folk Metal estonien Metsatöll avec le morceau Ussisõnad (Voir).
Kyy
Le nom « Äijö »
« Äijä » terme désigne une sorte de vieil homme un peu fou, excentrique.
Mais au delà de ça « Äijö » désigne aussi Ukko, un ancien dieu du paganisme finnois et estonien. Il est le créateur de la déesse Ilmatar (Pour rappel le nom de cet album de Värttinä). Il est lié à la foudre et le symbole traditionnel représente à la fois la foudre et la vipère…
Äijö – Finnois
Kylän äijä, vanha väkkärä
Kylän äijä, vähä-älynen
Kylän äijä, kumma käppänä
Kylän äijä vääräsäärinen
Kylän äijä, kylmäl mäellä
Kylän äijällä, kyy ol kyljel

Rääkyi männikössä yöllä yksinänsä
Rääkyi männikössä kekäleet käessä
Kämmenet käryssä kengät kankahalla
Yöllä yksinänsä, äijä väsyksissä

Kylmällä mäellä kyy ol kytkyessä
Ylähällä yksi alemmalla kaksi
Purrut kämmenestä kyy ol käppänätä
Syyhyn synnyttänyt, syytäny sylkeä

Äijä yksinänsä yöllä väännätteli
Kynnysportahalla kyytä kyttäeli
Päätä pölkyllensä, pahan pirulaisen
Kieron kastiaisen kurkun kirvehelle

Äijä paranteli pirun puremaista
Viinalla valeli, pirrulla pesevi
tervaksella teki, lämmöt löylytteli
Loitsusi loruja, manasi majoilla

Kummasteltiin kyllin äijän pitäjässä
Äijän vääntelöitä, miehen mittelöitä
Köyryselkäkyijjen kummia kujeita
Äijän ähkimistä yöllä yksinänsä

Kylän äijä, vanha väkkärä
Vähemmästäki äijä väsyvi
Väkevämmätki, heti hyytyvi
Kylän äijä väsyneenä

Äijön Manaus – Finnois
(L’exorcisme d’Äijö)
Kyy kylmänahka kavala
Vihollinen viirusilmä
Maan nuora kanervakarva
Maan on sykkä synnynnäsi
Tiijä sykkä synnyntäsi
Maan kavala kasvantasi
Maast on muutkin matoset
Kirjavatkin käärmehet

Enpä tiijä karvoasi
Mikä karva lienetkää
Oo vaikka yheksikarva
Mustakarva, harmiakarva
Tahi vaskenkarva

Pirun riivattu purija
Et very miun verellä
Et liho miun lihalla
Sie sahaselkä sihisijä
Pitkähammas paholainen
Mäne metsähän mäelle
Pakene pajun vesoille
Luikerra kivien kolohon
Musta mato mää mullan alle
Vie vaiva männessäs
Kipu kova kulkeissas
Noille tappotanterille
Vainovaivoille sijoille
Puhista purema paha
Poista myrkky myötämöiten
Eläkä enää ehätä
Tule näille nurkkiloille
Ruma roikale luikertele
Sur scène
Je conseille aussi une autre version live pour les 25 ans de Värttinä en 2008:
http://www.youtube.com/watch?v=sg6S-KmcZQM&feature=related
avec Ismo Alanko pour la malédiction.
Äijö – Vieux fou – Français
Le vieux fou du village, un vieil excentrique
Le vieux fou du village, des faiblesses dans la tête
Le vieux fou du village, aussi un avorton
Le vieux fou du village, les jambes arquées
Le vieux fou du village, sur la colline froide
Le vieux fou du village, une vipère sur sa poitrine

Dans les pins, il criait seul la nuit
Dans les pins, il criait, portant des charbons ardents
Qui lui brûlaient la paume de mains
La nuit, seul, le vieil homme fatigué

Sur la froide colline se trouvaient des vipères
Une en haut, deux en bas
Le vieil homme fut mordu par une vipère à la paume de la main
Une blessure perçante, la décharge de venin

Le vieux fou seul dans la nuit bizarre
Pourchassait du regard la vipère près du porche
Pour mettre la tête de ce vil démon sur le billot
Et mettre sa hache sur son cou ondulant

Le vieux fou pour soigner la morsure de ce démon
Y versa de la gnôle, la lava avec de la liqueur
Pris du bois résineux et se fit un sauna de vapeur brûlantes
Lut des charmes et lança des incantations

Nombreux dans le village du vieux fou se demandaient ce qu’il faisait
Le vieux fou se tordait comme se battant contre un homme
Comme des serpents se lovant et leurs étranges entrelacs
Le vieux fou luttait seul dans la nuit

Le vieux fou du village, un vieil excentrique
Le vieux fou était épuisé là où pour moins
Des plus forts que lui n’auraient pas tenu bon
Le vieux fou du village épuisé

Vipère
L’exorcisme d’Äijö – Français
Vipère perfide à la peau froide,
Ennemis rampant aux yeux fendus,
Cordon rampant sur la terre couleur de bruyère,
C’est de la terre qu’est venue ta méprisable naissance
Apprend ta méprisable naissance
Dans la terre s’est déroulée ta trompeuse croissance
Comme tous les autres vers viennent de la terre aussi
Même les serpents aux myriades de couleurs

Je ne peux pas connaitre ta couleur
Quelle couleur tu avais
Si tu avais neuf couleurs
noir ou gris
ou cuivré

Mordant possédé par un démon
Tu ne t’abreuveras plus de mon sang
Tu ne te repaitras pas de ma chair
Monstre sifflant au dos dentelé
Démon aux longues dents
Vas à la colline dans la forêt
Fuir te dissimuler parmi les saules
Rampe te cacher dans un trou rocailleux
Ver noir, disparait sous terre
Emporte y mon tourment
Emmène avec toi ma douleur
A ceux qui sèment la mort
Cesse de me tourmenter de tes maux
Reprend aussi ta mauvaise morsure
Retire ton venin de mes veines
Désormais ne revient plus ici
Reste dans ton coin
Glisse laide griffe

– Envoyez vos commentaires –

Page suivante »

Propulsé par WordPress.com.
Entries et commentaires feeds.

%d blogueurs aiment cette page :