La Rumeur – The Children’s Hour – The Loudest Whisper

4 janvier 2011 à 10:21 | Publié dans Arc en ciel, Sappho | 2 commentaires
Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Affiche de La Rumeur
Pas jeune comme film, 1961, mais ça reste un classique.

Si on y réfléchit, ce film questionne.
Sa perception par un public de nos jours et celui d’époque est radicalement différente. Si en plus on sait qu’il est basé d’une pièce de théâtre de 1934, elle même basée de fait réels, il y a vraiment de quoi se poser la question de comment était perçue la chose à ces époques aussi.
Toujours est-il qu’Audrey Hepburn et Shirley MacLaine, deux grandes actrices de leur temps ont incarné cette histoire sachant comment était perçue l’homosexualité en 1961, même chose pour les actrices de 1934.
L’histoire
Attention: Spoiler ! Je dévoile l’intrigue.
Martha Dobie et Karen Wright, deux anciennes camarades d’école, créent un école privée pour jeunes filles, aidées de Lily Mortar, la tante de Martha. A force de durs efforts et de travail acharné, l’école dégage enfin des bénéfices. Après deux ans de fiançailles, Karen accepte de poser une date pour son mariage avec le docteur Joe Cardin.

Mary Tilford, une élève dissipée (petite fille de Amelia Tilford, une riche dame influente et parente de Joe), est punie d’une sortie pour mensonge par Karen. Mais celle-ci décide de se venger en faisant courir une rumeur sur les deux enseignantes auprès de sa grand-mère: qu’elles auraient une relation ‘contre-nature’ (1). Pour appuyer sa rumeur, elle fait du chantage à une de ses camarades, Rosalie Wells, pour le vol d’un bracelet d’une autre élève, afin que celle-ci confirme son témoignage.

Amelia Tilford croit le mensonge de sa petite-fille et la fait retirer de l’école de Karen et Martha et informent les autres parents d’élèves de la situation. A leur tour, ceux-ci retirent leurs enfant de l’établissement (2).
Elle ne comprennent pas ce qu’il se passe jusqu’à ce qu’elles apprennent le fin mot de l’histoire de père retirant sa fille. Karen confronte Amelia Tilford avec Joe et Martha, mais Mary répète son histoire appuyée de Rosalie.
Elles décident alors d’intenter un procès à Amelia Tilford pour diffamation et calomnie, mais elle perdent au tribunal.

Comme l’information est passée dans les média locaux, la réputation de l’école et des deux professeurs est détruite.
Joe leur propose alors de les aider à aller ailleurs et recommencer une nouvelle vie. Cependant, même pour lui, la confiance en Karen est ébranlée et il lui pose la question de savoir si la rumeur est vraie. Dans l’explication qui s’ensuit, Karen rompt ses fiançailles avec lui en lui disant qu’elle a besoin de faire le bilan.
The Children's Hour
La mère de Rosalie découvre une cache contenant des objets volés et la kleptomanie de sa fille. Elle se rend ensuite chez Amelia Tilford pour confronter les deux gamines, le mensonge est dévoilé.

Apprenant la rupture entre Karen et Joe, Martha que tout ces événements ont affectée réalise que ces accusations lui ont fait prendre conscience de la réelle nature des sentiments qu’elle éprouvait pour Karen et les lui avoue. (voir l’extrait un peu plus bas…)

Amelia Tilford se présente alors chez Karen et Martha leur apprendre qu’elle a découvert la vérité et pour leur présenter ses excuses, elle veut les réhabilité et le dédommager, elle a déjà contacté le juge qui est prêt à changer le verdicts après avoir réouvert le dossier. Mais étant allées aux bout d’elles-mêmes les deux femmes refusent ses excuses et toute forme de pardon.

Les deux amies ont besoin de voir comment recommencer une nouvelle vie ailleurs, mais Martha est fatiguée et préfère parler de ça le lendemain, après avoir dormi. Karen va prendre un peu l’air et découvre à son retour que Martha s’est pendue.

Après les funérailles, ayant prélevé une fleur de la couronne funéraire, Karen s’en va du cimetière en ignorant ceux qui sont à l’origine de tout ce drame, Joe la regarde de loin s’éloigner vers une autre vie.
Quelques informations
Titre original The Children’s Hour
Titre UK The Loudest Whisper
Réalisateur William Wyler
Scénario et adaptation John Michael Hayes et Lillian Hellman (auteure de la pièce)
Date de sortie US 19 décembre 1961

Audrey Hepburn Karen Wright
Shirley MacLaine Martha Dobie
James Garner Joseph ‘Joe’ Cardin
   
Miriam Hopkins Lily Mortar
Fay Bainter Amelia Tilford
Karen Balkin Mary Tilford
Veronica Cartwright Rosalie Wells
Sally Brophy La mère de Rosalie

Un extrait en français
1934 – The Children’s Hour
L’idée de The Children’s Hour a été suggéré à Lillian Hellman par son compagnon de longue date, Dashiell Hammett. Pendant la lecture d’une anthologie d’histoires vraies de la criminalité, Bad Companions (William Roughead – 1930), il est tombé sur une histoire de deux professeurs d’une école écossaise dont la vie a été ruinée par la fausse accusation de lesbianisme lancée par une de leurs élèves. Hellman fit de cette histoire son premier grand succès; mais quand la pièce fut lancée à Broadway, Hellman ne savait pas si elle serait acclamée ou arrêtée. À l’époque, toute mention de l’homosexualité était illégale sur scène dans l’état de New-York . La pièce a été un tel succès et si largement saluée par la critique que les autorités négligèrent son sujet (La loi n’a été que rarement appliquée jusqu’à ce qu’elle soit abrogée dans les années 1960).

La pièce est adaptée dès 1936 en français sous le nom Les Innocentes par André Bernheim.
1936- Ils étaient Trois – These Three
En 1936, William Wyler avait déjà adapté la pièce de Lillian Hellman au cinéma dans These Three/Ils étaient Trois, cependant, pour éviter la censure (Hays Code), la rumeur ne portait pas sur une prétendue relation lesbienne entre les deux personnages féminin, mais plutôt sur le fait de surprendre le fiancé de l’une dans le lit de l’autre…

Quand je parlais de questionnements de ce film, il est plutôt étrange que 25 ans plus tard, William Wyler collabore à nouveau avec Lillian Hellman pour rétablir le fond correct du secret.
De même, Miriam Hopkins qui jouait le rôle de Martha dans la version de 1936, prendra le rôle de Lily Mortar dans la version de 1961.
L’accueil qui a été fait à La Rumeur
L’accueil réservé au film n’a pas spécialement été bon de la par la critique, voire même assez hostile pour de nombreuses raisons, parfois même contradictoires.
Il a pourtant été nominé pour trois Golden Globes 1961 et pour cinq Oscars 1962, mais n’en a reçu aucun.

Il disparut quasiment de la circulation pendant une trentaine d’années par la suite, avant de réapparaitre par l’intermédiaire de publics spécialisés.
Quelques anecdotes
Dans ses mémoires (Les Stars de ma Vie, Mémoires d’Hollywood / My Lucky Stars – 1995) et dans le reportage The Celluloid Closet (sur l’évolution du thème de l’homosexualité au cinéma), Shirley MacLaine raconte que William Wyler a supprimé des scènes au montage. Celles-ci suggéraient de manière trop évidente la passion de son personnage de Martha envers Karen. Wyler aurait paniqué de présenter celles-ci au public, car potentiellement trop controversées, il aurait donc vidé le film de sa réelle essence et trahit l’œuvre de Lillian Hellman, provoquant ainsi l’échec du film.
(Ces scènes ont pour grande partie été ajoutées à la version DVD de 2004.)
Ainsi, il est souvent dit que la pièce originale de 1934 était plus audacieuse, voire explosive, à de multiple titres, pour être plus explicite sur les sentiments de Martha pour Karen, braver la censure et une perception bien ‘sensible’ de l’homosexualité.

Alors que dans la version originale, Karen donne des cours de français qui deviennent des cours d’anglais dans la version française.

Dans la pièce originale, Martha se suicide avec un pistolet au lieu de se pendre.

La scène du « coming-out » a été reprise dans le court-métrage Ernest et Bertram (Voir en VO) de Peter Spears, avec les personnages Ernest et Bart de 1 rue Sésame. Ce court-métrage fait référence à « mythe » de la culture gay US voulant que ces deux personnages célibataires et vivant ensembles soient gays, au grand désespoir de Sesame Workshop… Détail: Ernest se suicide avec un pistolet à la fin comme dans la pièce.
Mon commentaire
D’abord, le fait de savoir la nature des sentiments de Martha pour Karen donne une toute autre compréhension du film. en fait, il serait presque à voir deux fois, la première pour comprendre la nature de l’amour de Martha pour Karen et la seconde pour revoir les scènes et mieux comprendre sa manière de réagir.
Une autre chose qui m’a marquée avec ce film est liée au suicide de Martha.
pour qui connait un peu les grands classique du cinéma lesbien (voire de la BD), sait que ce n’est pas les histoires tragiques où une des deux meure et l’autre continue sa vie marquée pour toujours par la relation qu’elle a eu et la mort de celle qu’elle a aimé, Lost and Delirious, Aimée et Jaguar (Même si là aussi, il s’agit à la base d’une histoire réelle), etc…
On retrouve comme dans de nombreux classiques ce thème de la descente en enfer; dans une certaine mesure, on trouve les doutes chez Karen de ses sentiments envers Martha et la fin laisse à penser qu’elle aussi accepte le fait de l’aimer alors qu’elle était engagée avec Joe.
Non, sans plaisanter, on retrouve dans ce film tous les grands motifs des classiques lesbiens alors que ce n’est absolument pas sa vocation.
Mais là, je vais même plus loin: Tout part de la pièce de théâtre de Lillian Hellman en 1934.
Est-il possible que cette pièce ait marqué l’imagerie lesbienne à ce point? Ou est ce un réel coup de génie de Lillian Hellman qui sans le savoir a réuni une sorte d’alchimie parfaite?
Au bout du compte, c’est dur à dire. Il ne faut pas oublier que la pièce a eu un immense succès et ce succès lui a permis de passer à travers la censure.
Notes

(1) « unnatural »
A aucun moment du fils les notions de lesbianisme ou d’homosexualité de sont employées directement, mais c’est très clair.


(2) Un petit rappel contextuel de l’époque:
Dans l’Amérique de l’époque, dans la mentalité de l’Américain moyen, homosexualité et pédophilie sont forcément liées. Aussi le fait que deux homosexuelles s’occupent d’une école est un danger encore plus grave.

– Envoyez vos commentaires –

2 commentaires »

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

  1. je fais une pie`ce de théatre sur ce film, jincarne mary tilford, jai 13 ans quel est lage de mary dans l’histoire? environ 9-10 ans ?

    • Bonjour Camille,
      Après une petite recherche, j’ai trouvé que les deux jeunes actrices avaient 11, voire 12, ans lorsque le film a été tourné.
      Mais ce petit décalage d’âge n’a aucune importance, ça passe très bien quand même avec des adolescentes.

      Bonne chance pour ta pièce !


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.
Entries et commentaires feeds.