Les prêcheurs et la femme

20 mai 2010 à 10:31 | Publié dans Circé, Sappho | Laisser un commentaire
Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

– Je suis un prêcheur et je viens t’apporter la parole d’un dieu…
– De quel dieu me parles tu ?
– Du dieu de tous les hommes.
– Alors ce n’est pas un dieu pour les femmes.
– Mais c’est le dieu de tous les hommes et de toutes les femmes.
– Alors ce n’est pas un dieu pour les femmes. Sa parole a été transmise par des hommes qui y ont ajouté leurs propres volontés, leur propre soif de domination et de pouvoir, et cela est toujours aux dépens des femmes. Vas et reviens quand tu auras les paroles d’une déesse. Je saurai alors si tu es un menteur, car jamais une déesse ne voudrait nuire aux femmes.
– Mais s’il n’existait pas de déesses.
– Alors ce dieu n’existerait pas non plus, tu serais un menteur et cela désignerait tes maîtres pour vouloir nuire aux femmes.

.

– Je viens t’apporter le message d’une déesse…
– De quelle déesse me parles tu ?
– De la déesse de tous les hommes et de toutes les femmes.
– Alors ton message ne m’intéresse pas. Si ce sont des hommes qui apportent le message d’une déesse aux femmes, alors ce qui ne concerne que les femmes ne leur a pas été dit, ce qui dérange les hommes sera caché et finalement, le message sera trahi. Envoies moi une prêcheuse qui a reçu le message de cette déesse, afin que celui-ci ne soit pas corrompu et que ce soit réellement son message.
– Mais tu n’avais dit de revenir quand je serai porteur des paroles d’une déesse.
– C’est vrai. D’ailleurs, que fais tu là? Il ne s’agit que d’un message et non de sa parole.

.

– Je suis une prêcheuse et je viens t’apporter la parole d’une déesse.
– De quelle déesse me parles tu ?
– De la déesse de toutes les femmes et de tous les hommes. J’ai reçu sa parole et je te la transmets de femme à femme sans qu’elle ait été corrompue.
– Ceci est bien, je suis prête à entendre sa parole.
– Alors écoutes. Elle veut…
– Attends, j’entends bien ta voix, mais pas celle de la déesse dont tu m’as parlé. Tu n’es pas une déesse car tu m’as dit être prêcheuse. Tu n’es donc qu’une femme comme moi.
– Mais je suis porteuse de ce message de sa part.
– J’entends bien. Mais tu m’as dit être porteuse de sa parole et non d’un message, je dois entendre cette déesse et non une femme. Si je n’entends pas cette déesse, cette parole sera celle d’une femme comme moi et toutes celles autour de moi. Si tu n’es pas en mesure de me faire entendre cette déesse, alors tu es une menteuse en disant être porteuse de sa parole, peut-être encore es-tu encore plus menteuse et cette déesse n’existe pas.
– Tu es dure avec moi, je me suis trompée, j’ai un message d’elle pour toi.
– Bien. Je veux bien t’écouter, mais avant, tu devras me dire si à au moins une seule des questions suivantes la réponse est non. Es tu celle qui a reçu ce message? Es tu sûre de chaque mot et de chaque intonation de ce message? Ce message n’était il destiné qu’à moi? Ce message est il récent? Si à la moindre de ses questions la réponse est non, alors ce message sera à prendre avec prudence, il peut être un faux, a pu se déformer, ne pas être fait pour moi ou ne plus être valable.
– Mais il s’agit d’un message divin!
– Prêcheuse… Apprends alors que les humains mentent en se substituant aux déesses et dieux et en déformant les messages des dieux et déesses pour leur intérêt. Apprends aussi que les déesses et les dieux envisagent des choses différentes pour chacun de nous et que dieux et déesses peuvent changer d’avis selon comment évolue le monde. Seule leur nature ne change pas et même de ça je ne suis pas sûre.
– Et si la réponse est oui à toutes ces questions?
– Alors, il me faudra prendre quand même ce message avec prudence, car ce n’est pas moi qui aurait entendu la parole de cette déesse.

.

– Prêcheur, prêcheuse, je suis une femme, je ne porte la parole d’aucun dieu pas plus que la parole d’une déesse, je ne détient de message d’aucune déesse pas plus que de message d’un dieu.
– Que me veux tu?
– Je t’invites à partager nos connaissances, nos sagesses et nos expériences sans que cet échange ne soit perturbé par des choses qui soient extérieure à notre nature d’humains, d’égal à égale, car dans notre humanité aucun de nous n’est supérieur à l’autre, ton rôle de prêcheur ne te fait pas plus humain que moi.
– Et à moi?
– Je t’invite à la même chose. Nous pourrons en plus échanger sur nos connaissances, nos sagesses et nos expériences de notre nature de femmes, d’égale à égale, pour les mêmes raisons.

– Envoyez vos commentaires –

Laisser un commentaire »

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.
Entries et commentaires feeds.

%d blogueurs aiment cette page :