Grande Déesse Mère et déesses individuelles

22 août 2009 à 13:51 | Publié dans Circé | 5 commentaires
Étiquettes : , , , , , , , , ,
Un brouillon pour parler de concepts de Grande Déesse Mère et de la divergence par rapport aux déesses individuelles.
Là aussi, ce n’est qu’un premier jet, à corriger et faire évoluer…


Ma perception de la chose est qu’il y a effectivement une Grande Déesse-Mère qui nous regroupe toutes par delà nos différences. C’est par elle que ce fait cette sensibilité à ce qui peut arriver aux autres. Ainsi la jeune femme que je suis, aspire à être mère un jour et cherche parmis les vieilles des conseils, inversement les vieilles se sentent une sorte de devoir de soutien à celles qui arrivent. De même, je réponds aux interogations des jeunes filles et les conseille si elle le demande, en tant que « grande soeur en féminité ». Je suis furieuse de l’excision en Egypte ou au Mali et considère comme des traitresses à leur appartenance sexuelle celle qui font subir ça à des petites filles; j’égorgerais sans regrêts ceux qui prostituent des gamines en Thailande, etc… Bref, cette solidarité en pensée est issue d’elle, ainsi qu’une forme d’aspiration commune instinctive, après viennent les histoires individuelles qui nous séparent. Elle est donc par conséquence aussi notre conscience collective féminine.

Mais la femme est multiple selon les âges et même à un chaque âge. Les préoccupation d’une gamine sont différentes de celle d’une jeune fille, d’une mère, d’une maîtresse de maison, d’une grand-mère, d’une veuve, d’une mature seule, etc…

Là, la Grande Déesse-Mère est « trop distante » par rapport aux aspects personnels du moment. Le soutien qu’on peut avoir besoin en certaines occasion nécessite une certaine proximité/intimité par rapport au moment. Une parturiante a besoin d’une déesse réputée pour son accouchement comme Isis pour Horus (j’ai volontairement choisi le cas égyptien, car Isis est l’exemple même du courage, de la force et de la détermination pour ce moment.), une maîtresse de maison à besoin d’Héra et de sa jalousie pour protéger son foyer, nous avons besoin d’Aphrodite pour protéger nos amours, désirs et plaisirs. Ces déesses individuelles plus proches nous servent de soutien, d’inspiratrices ou d’exemples.

Mais les héroïnes et grandes personnalités nous servent à ça aussi, et là, je cite en vrac Sappho, Circé, Pénélope, etc… voire même des plus modernes comme Olympe de Gouges. Mais je m’éloigne du sujet…

On en arrive donc à la situation suivante où nous avons la Grande Déesse-Mère en commun, mais n’en avons pas besoin dans son ensemble pour ce qui est de l’instant. Au contraire même, nous avons besoin d’une relation intime à deux qui n’implique pas toutes les autres.

Les déesses individuelles sont issues de la déesse primale, dans le sens où il ne s’agit que d’un aspect particulier. Elles sont indissociables, mais les déesses particulières ont leur propres spécificité et indépendance.
Illustration:
Je veux être mère, amante, m’amuser, avoir un travail, etc… Tous ces aspects de ma personne amènent certaines aspirations, ces aspirations sont indépendantes et peuvent entrer en opposition, mais elles sont indissociables de moi.

Il ne peut s’agir d’une déesse unique multiforme. Ca voudrait dire que la déesse unique puissent trahir ses propres valeurs à longueur de temps dans une hypocrisie finalement dépourvue de valeurs.

En allant sur l’optique de la Terre-Mère, on arrive à un autre aspect de la Grande Déesse-Mère, mais exactement dans la même logique, les diverses déesses chtoniennes sont issues de la déesse primale.
Pour reprendre l’illustration précédente, ça serait mon corps, qui n’est pas uniforme et dont chaque endroit a ses spécificités.

Voilà pourquoi pour moi le principe de Grande Déesse Mère n’est pas incompatible avec un ensemble de déesses précises.

– Envoyez vos commentaires –

5 commentaires »

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

  1. La Grande Déesse Mère ?
    J’en connais plusieurs, faut dire le nom ma chère 🙂

    • Toutes et aucune à la fois. Relis… 😉

      Je parle au niveau animiste et donc elle se situe en dessus dans l’absolu et tant que principe même enquelque sorte.

      Ca serait comme dire « la guerre », c’est toutes les guerres et aucune en particulier, pas plus que la somme des guerres ne lui correspond.

      Elle est donc l’immanence féminine divine des déesses elles-mêmes.

  2. Ce qui est marrant à te lire, c’est que finalement tu dis la même chose que ce que j’apprends, vis et partage avec mes sœurs du Lotus.

    • A une énorme nuance près!
      C’est que je me positionne pas à un niveau wiccan, mais au contraire totalement animiste.
      Ce détail est non négligeable.

      Dans ma vision, contrairement au modèle wiccan, les déesses individuelles ne sont en rien des archétypes ou des avatars de « la déesse » (au sens wiccan, qui est pour moi une chose qui n’a aucun sens), elles ont bien chacune leur individualité propre et intègre.

  3. J’ai du mal avec la notion Grande déesse Mère même au niveau animiste…dsl Rox cela ne rentre pas dans ma petite tête…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.
Entries et commentaires feeds.

%d blogueurs aiment cette page :